Chlamydia: Contre l'infection, un vaccin nasal a fait ses preuves

RECHERCHE L’effet de BD584, un antigène qui active les réactions immunitaires et les anticorps dans l’organisme, a pu être analysé par des universitaires...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration spray nasal
Illustration spray nasal — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

Nouvel espoir dans le traitement de la chlamydiose, infection sexuellement transmissible (IST) la plus fréquente au monde. Un vaccin administrable en spray nasal, a fait ses preuves sur des souris et pourrait être disponible dans les prochaines années, selon une étude publiée la semaine dernière dans la revue médicale Vaccine.

Des scientifiques de l’université McMaster (Canada) se sont penchés sur l’effet d’un antigène baptisé BD584, censé activer les réactions immunitaires et les anticorps dans l’organisme.

95 % des bactéries ont été éliminées

Bilan : « Ce vaccin pourrait protéger contre toutes les maladies liées à la bactérie « chlamydia trachomatis », y compris le trachome » (maladie oculaire qui entraîne la cécité), ont observé les chercheurs.

En effet, 95 % des bactéries ont été éliminées grâce à la substance. Par ailleurs, BD584 a réduit le phénomène de l’occlusion des trompes (responsable de problèmes d’infertilité), caractéristique de l’infection, chez 87,5 % des souris.

Le préservatif, actuellement seul rempart

Une découverte d’autant plus encourageante, quand on sait que «les efforts de développement d’un vaccin contre la chlamydiose au cours des trois dernières décennies ont été improductifs et il n’y a pas de vaccin approuvé pour une utilisation chez l’homme » a déclaré l’auteur principal de l’étude, David Bulir, docteur en sciences médicales à l’Université McMaster.

Forts de ces résultats, les spécialistes comptent tester l’efficacité de ce vaccin nasal avec les différentes souches de la bactérie. Mais en attendant une éventuelle commercialisation du vaccin, le préservatif reste le seul rempart efficace.

>> A lire aussi : Tinder et Grindr accusés de favoriser les infections sexuellement transmissibles

D’après Pourquoi Docteur, l’infection à la  chlamydia touche un million de personnes en France. Quelque 113 millions de personnes sont infectées chaque année dans le monde, essentiellement parmi les jeunes de moins de 25 ans.