Cigarette électronique: Cinq associations exigent le retour de la publicité

TABAC Cinq associations composées de médecins et de vapoteurs dénoncent «une insécurité juridique injustifiée» pour les citoyens, les professionnels de santé et les entreprises...

20 Minutes avec agences

— 

Une adepte de la cigarette électronique
Une adepte de la cigarette électronique — Joe Raedle Getty

« La liberté d’expression ne peut être limitée que pour des raisons sanitaires, or aucune preuve de nocivité n’est aujourd’hui avérée. » C’est en ces termes que cinq associations composées de médecins et vapoteurs défendent le retour de la promotion et de la publicité en faveur de  la cigarette électronique.

« Des dispositions qui menacent la liberté d’expression »

Sovape, Fédération addiction, le réseau de prévention des addictions Respadd, SOS addictions et Tabac & Liberté ont ainsi déposé une requête le 20 juillet devant le Conseil d’Etat afin de faire annuler  l’ordonnance du 20 mai 2016 stipulant que « la propagande ou la publicité, directe ou indirecte, en faveur des produits du vapotage » est désormais interdite.

Dans un communiqué, les cinq associations fustigent « une insécurité juridique injustifiée » pour les citoyens, les professionnels de santé, les associations et les entreprises. « Dans sa volonté de réglementer le vapotage et d’appliquer la directive européenne sur les produits du tabac, le gouvernement a pris des dispositions qui menacent la liberté d’expression des vapoteurs et des associations de réduction des risques », précisent-elles.

>> A lire aussi : La cigarette électronique «ringardise» le tabac chez les jeunes

Information limitée sur la sécurité et la qualité des produits

« Ces dispositions empêchent d’agir sur le terrain de la prévention sanitaire en apportant aux fumeurs une information objective sur une alternative au fléau qu’est la cigarette », enchaînent les signataires, ajoutant que ces mesures limitent la capacité à se tenir informé sur la sécurité et la qualité des produits.

En interdisant toute communication sur le vapotage, le gouvernement ne permet pas « d’ouvrir un débat salutaire sur la santé publique et sur les nouvelles opportunités de réduction des risques », assurent les associations qui rappellent que le tabac fumé provoque 78 000 morts chaque année en France.

>> A lire aussi : Des acteurs de la santé encouragent les fumeurs à vapoter