Dans nos intestins, des bactéries datant d'au moins 15 millions d'années

SCIENCES Certaines de nos bactéries intestinales étaient déjà présentes chez les singes africains dont descend l’espèce humaine…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'un laboratoire.
Illustration d'un laboratoire. — LIVESEY / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Certaines bactéries présentes dans notre flore intestinale dateraient d’au moins quinze millions d’années, soit bien avant l’apparition de l’Homme. C’est ce que révèle une étude publiée jeudi dans la revue américaine Science.

Pour parvenir à cette découverte, les scientifiques ont analysé, grâce au séquençage génétique, des échantillons de singes sauvages d’Afrique et de personnes aux Etats-Unis.

Un rôle plus important de l’évolution sur le microbiote humain

Bilan : « Certaines bactéries intestinales humaines descendent directement de celles qui vivaient dans les intestins de nos ancêtres communs avec les singes », indique Andrew Moeller, chercheur à l’Université de Californie à Berkeley, un des co-auteurs, avant d’ajouter. « Cela prouve qu’il y a une lignée ininterrompue de ces bactéries depuis des millions d’années, depuis l’émergence des singes africains. »

Principal enseignement de cette découverte : l’évolution aurait joué un plus grand rôle dans la composition du microbiote humain qu’on ne le pensait, affirment les scientifiques, précisant que les bactéries en question entraînent notre système immunitaire à combattre des agents pathogènes et pourraient même affecter notre humeur et comportement.

Une évolution des bactéries en souches distinctes

En outre, les chercheurs ont mis en évidence une évolution des bactéries en différentes souches, lorsque les ancêtres communs ont commencé à évoluer en diverses espèces.

Le premier clivage serait intervenu il y a environ 15,6 millions d’années, quand la lignée des gorilles a divergé de celle des autres hominidés. Une seconde séparation aurait eu lieu il y a 5,3 millions d’années, au moment où la branche humaine s’est séparée de celles des chimpanzés et des bonobos.

>> A lire aussi : Pourquoi l’intestin est devenu un sujet ultra tendance?