Diabète de type 2: Une bactérie intestinale en partie responsable ?

ETUDE La flore intestinale renfermerait une des causes de la pathologie, mais aussi l’espoir d’un nouveau type de traitement…

20 Minutes avec agence

— 

Le diabète de type 2, qui augmente avec l'âge, correspond à une hausse prolongée du taux de sucre dans le sang
Le diabète de type 2, qui augmente avec l'âge, correspond à une hausse prolongée du taux de sucre dans le sang — Sajjad Hussain AFP

En empêchant l’organisme de réagir à l’insuline, une bactérie intestinale favoriserait l’apparition du diabète de type 2 chez certains patients. Devenu insensible à la substance utilisée par les diabétiques, le corps stockerait alors trop de sucre et les organes seraient touchés via la circulation sanguine.

La découverte des effets néfastes de ce micro-organisme bactériologique est à mettre au crédit de chercheurs européens, dont le travail a été publié mercredi dernier dans Nature.

La flore intestinale de plus de 300 sujets analysée

Les scientifiques ont analysé le microbiote, c’est-à-dire la flore intestinale, de 277 sujets non-diabétiques et de 75 patients atteints de diabète. Il est apparu que les taux d’acides aminés branchés (BCAA) étaient proportionnels à la résistance à l’insuline.

Or, parmi les quatre types de microbes impliqués dans la synthèse de BCAA dans le microbiote, c’est la Prevotella copri qui, une fois injectée à des souris, a fait augmenter l’insulino-résistance chez ces dernières.

>> A lire aussi : Pourquoi l’intestin est devenu un sujet ultra tendance?

« Diminuer cette bactérie pour atteindre un équilibre optimal »

Si le même phénomène était observé chez les humains, il serait possible de « moduler et diminuer cette bactérie pour atteindre un équilibre optimal entre les espèces bactériennes de notre microbiote et optimiser notre alimentation », explique l’Institut national de recherche agronomique (Inra), l’un des organismes responsables de l’étude.

Et ainsi de contrer les effets du diabète de type 2 qui, comme le rappelle Pourquoi Docteur, touche 5 % de la population française.