Sida: Encore 2,5 millions de personnes infectées par an, toujours pas de remède contre la maladie

MALADIE Le nombre annuel de nouvelles infections est resté relativement constant dans le monde…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un laboratoire de recherche sur le virus du sida.
Illustration d'un laboratoire de recherche sur le virus du sida. — AVENTURIER PATRICK/SIPA Ville : MONTPELLIE

Les chiffres sont alarmants. Deux millions et demi de personnes sont encore infectées chaque année dans le monde par le virus du sida (VIH), pointe une étude publiée ce mardi à l’occasion de la Conférence internationale sur le sida organisée à Durban en Afrique du Sud.

Cette nouvelle analyse donne « une image inquiétante de la lenteur des progrès » pour réduire les nouvelles infections par le VIH, selon le Dr Haidong Wang de l’Institut de métrologie sanitaire et d’évaluation (IHME) à l’Université de Washington à Seattle (États-Unis), principal auteur de cette étude parue dans la revue médicale The Lancet HIV.

7.000 infections par jour ces dix dernières années

Selon cette publication, le nombre annuel de nouvelles infections est resté relativement constant dans le monde, près de 7.000 par jour ces dix dernières années, après une période de reflux rapide entre 1997 et 2005. En 2015, trois-quarts des nouvelles infections sont survenuesen Afrique subsaharienne.

>> A lire aussi : L'ONU promet d'intensifier la lutte, malgré des réserves de la Russie

Entre 2005 et 2015, le taux de nouvelles infections par le VIH a augmenté dans 74 pays, notamment en Indonésie, aux Philippines, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ainsi qu’en Europe de l’Est, mais aussi dans certains pays d’Europe occidentale (Espagne et Grèce), relève la revue médicale.  En Europe, ce sont la Russie (57.340) et l’Ukraine (13.490) qui présentaient en 2015 le plus grand nombre de nouvelles infections.

Pas de remède rapidement

Il n’existe actuellement aucun vaccin, ni médicament permettant de guérir du sida. Les scientifiques réunis à Durban ont prévenu que la recherche n’en était qu’à ses débuts. « Nous ne savons pas quand nous aurons un remède, ni si nous aurons un remède », a mis en garde la Française Françoise Barré-Sinoussi, prix Nobel de médecine pour la co-découverte du VIH.

>> A lire aussi : L'origine des souches du virus du sida enfin élucidée

« Nous pensons vraiment que nous pourrons avoir une vraie rémission » des malades, a-t-elle toutefois ajouté. « Cela ne signifie pas qu’un remède est impossible, il s’agit simplement de dire qu’un vrai remède est très, très difficile » à trouver.