Les pharmaciens revendiquent leur droit de vacciner en officines

PHARMACIE En France, en 2014-2015, seulement 46 % des personnes à risques avaient été vaccinées contre la grippe...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration: l'enseigne d'une pharmacie.
Illustration: l'enseigne d'une pharmacie. — JAUBERT/SIPA

Diphtérie, tétanos, polio, grippe… Les membres de l’Ordre national des pharmaciens (CNOP) ont renouvelé ce mardi, dans un communiqué, leur demande d’obtenir le droit de vacciner les adultes dans leurs officines après prescription du sérum pas un médecin.

 

« Rétablir l’adhésion en démontrant l’utilité des vaccins »

Les pharmaciens, qui déplorent la « mauvaise couverture vaccinale française », estiment avoir un rôle concret à jouer pour en finir avec le rejet de la vaccination en France, où, en 2014-2015, seulement 46 % des personnes à risques avaient été vaccinées contre la grippe et où  une personne sur 5 ne serait pas à jour de ses vaccins.

« Il est urgent pour les professionnels de santé de rétablir l’adhésion en démontrant l’utilité des vaccins. Les pharmaciens peuvent y contribuer », estime ainsi la présidente du CNOP Isabelle Adenot.

Les exemples du Royaume-Uni, de la Suisse ou des Etats-Unis

Et l’Ordre de citer en exemple le Royaume-Uni, la Suisse, les Etats-Unis, le Portugal ou l’Irlande, soit autant de pays où pharmaciens rime avec vaccins et où le taux de couverture vaccinale a augmenté de 5 points en quatre ans. Là, en moyenne, 15 % des patients entrés dans une pharmacie pour se faire vacciner n’avaient jamais reçu de vaccin auparavant.

>> A lire aussi : Vaccins: Quand les médecins généralistes font face au refus des patients