Don du sang: Les homosexuels peuvent désormais participer, à condition d'être abstinents

SANTE Les personnes ayant des relations homosexuelles étaient exclues du don du sang depuis 1983, à cause des risques de transmission du sida…

H. B.

— 

Pour qu'un homosexuel puisse donner son sang, il devra s'être abstenu de relations sexuelles pendant les 12 mois précédents.
Pour qu'un homosexuel puisse donner son sang, il devra s'être abstenu de relations sexuelles pendant les 12 mois précédents. — SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA

C’est la fin d’une discrimination envers les homosexuels. A partir de ce lundi, les personnes gays et lesbiennes peuvent désormais donner leur sang. Depuis plus de 30 ans, la communauté homo était systématiquement écartée  des dons de sang ou de plasma en raison des risques liés au sida.

Marisol Touraine avait annoncé en novembre 2015 la fin de cette « exclusion ». « Donner son sang est un acte de générosité, de citoyenneté, qui ne peut être conditionné à une orientation sexuelle. Dans le respect de la sécurité absolue des patients, c’est aujourd’hui un tabou, une discrimination qui sont levés », avait déclaré la ministre de la Santé.

>> A lire aussi : «On veut des exclusions temporaires et non permanentes»

Un délai d’abstinence

Cette procédure est toutefois soumise à certaines conditions. Dans un premier temps, le don du sang sera ouvert aux homosexuels n’ayant pas eu de relations sexuelles avec un autre homme depuis douze mois. Quant au don de plasma, il sera autorisé pour les homosexuels qui sont dans une relation stable depuis quatre mois ou qui n’ont pas eu de relations sexuelles sur la même période.

>> A lire aussi : Le parcours des globules, de veine à veine

Ces conditions pourront évoluer dans les prochaines années et rejoindre les modalités générales de dons si les études qui vont être lancées montrent que le risque de prélever du sang chez les donneurs homosexuels n’est pas plus élevé que chez les hétérosexuels.

L’Etablissement français du sang estime que cette ouverture au don du sang pour les homosexuels permettrait d’avoir environ 20.000 dons supplémentaires par an.