Kinder: Les barres chocolatées contiendraient des substances cancérogènes

ALIMENTATION L’association allemande Foodwatch a mis en évidence la présence d’hydrocarbures dans certains produits des marques Kinder, Lindt et Rübezahl…

20 Minutes avec agence

— 

Des barres chocolatées Kinder.
Des barres chocolatées Kinder. — Ferdinand Ostrop/AP/SIPA

Alors que son œuf surprise a été récemment banni du Chili pour lutter contre la malbouffe, Kinder se retrouve à nouveau pointé du doigt.

L’association allemande Foodwatch, qui a testé vingt produits, vient en effet de mettre en évidence la présence d’hydrocarbures, à des niveaux dangereux, dans plusieurs aliments chocolatés. Parmi eux, les barres en rouge et blanc, mais également des produits des marques Lindt et Rübezahl.

Des hydrocarbures saturés et huiles minérales aromatiques…

L’association de défense des droits des consommateurs a identifié deux types d’huiles présentes dans ces friandises : d’une part, des hydrocarbures saturés, « qui peuvent s’accumuler dans le corps et endommager durablement les organes », en particulier chez les adultes, précise Pourquoi Docteur.

D’autre part, des huiles minérales aromatiques. « Toutes deux sont connues pour agir comme des cancérigènes et ont des effets délétères sur le génome humain », ajoute le site spécialisé.

… Provenant du chocolat, des emballages ou des machines

Mais alors, pourquoi ces substances a priori nocives se sont retrouvées dans ces sucreries appréciées des plus jeunes comme des « grands enfants » ? Selon Foodwatch, les huiles minérales pourraient provenir du chocolat lui-même, des emballages (en particulier ceux conçus à partir de papier recyclé), ou des machines de fabrication.

Face à ce constat, l’association a demandé aux industriels de retirer leurs produits du marché et invite l’ensemble des consommateurs à renoncer à des friandises très populaires.

>> A lire aussi : Pâtes, riz, céréales: Quelles marques faut-il privilégier pour ne pas avaler d'hydrocarbures?

De son côté, Ferrero a réagi en « évoquant un problème complexe nécessitant une concertation européenne sur la question », d’après Le Parisien, qui relaie le communiqué de la société propriétaire de la marque Kinder.