Obésité: Des scientifiques découvrent une enzyme brûleuse de graisses

SCIENCES Secrétée par les cellules, elle est à l’origine de la production d’acides aminés N-acylés, naturellement capables d’activer la combustion des calories, même au repos…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration obésité.
Illustration obésité. — PAUL ELLIS/AFP

Nouvel espoir dans le traitement de l’obésité. Des chercheurs de l’Institut du cancer Dana-Farber, à Boston, et de l’Université de Californie, à Berkeley (Etats-Unis), viennent d’identifier une enzyme brûleuse de graisses.

Baptisée PM20D1, elle est secrétée par les cellules et est à l’origine de la production de composés, appelés scientifiquement acides aminés N-acylés. Or, ces éléments sont naturellement capables d’activer la combustion d’énergie (c’est-à-dire les calories) dans les cellules, même au repos, et ainsi de permettre une perte de poids.

>> A lire aussi : Obésité: Un robinet pour vider son estomac après les repas, est-ce une bonne idée?

Des essais concluants sur des souris

Ne restait plus, ensuite, qu’à vérifier cette découverte par l’expérience. Les chercheurs ont pour cela injecté des acides aminés N-acylés chez des souris obèses suivant un régime riche en graisses. Bilan des travaux, publiés dans la revue Cell : après huit jours de traitement, les rongeurs avaient perdu du poids, justement au niveau de leur tissu adipeux.

« Ces données suggèrent que l’enzyme PM20D1 et les acides aminés N-acylés peuvent être utilisés pour le traitement de l’obésité et d’autres troubles associés, tel que le diabète », a déclaré Bruce Spiegelman. Avant que leur découverte ne soit officiellement confirmée, les scientifiques devront toutefois renouveler l’expérience, chez l’homme cette fois.

>> A lire aussi : Obésité : Une découverte génétique ouvre l'espoir d'un nouveau traitement