Obésité: Un robinet pour vider son estomac après les repas, est-ce une bonne idée?

SANTE Ce dispositif vient de recevoir son autorisation de mise sur le marché américain…

Anissa Boumediene

— 

Jeune femme obèse, illustration.
Jeune femme obèse, illustration. — FLORENCE DURAND / SIPA

Tous les moyens sont-ils bons pour lutter contre l’obésité ? Aux Etats-Unis, où un adulte sur quatre souffre de cette maladie, un nouveau dispositif s’apprête à faire son entrée sur le marché. Le 14 juin dernier, la Food and Drug Administration (FDA), l’Agence américaine du médicament, a délivré une autorisation de mise sur le marché (AMM) à l’AspireAssist, sorte de petit robinet relié directement à l’estomac et qui permet de le vider d’un tiers de son contenu après chaque repas.

Intervention rapide et perte de poids importante

Pas autorisé en France, l’AspireAssist s’adressera aux États-Unis « à des patients âgés de 22 ans ou plus, atteints d’obésité sévère ou morbide, avec un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 35 et qui n’ont pas réussi à atteindre et maintenir une perte de poids grâce à d’autres traitements non-chirurgicaux », détaille la FDA dans un communiqué.

En pratique, l’intervention ne dure qu’une vingtaine de minutes et ne requiert pas d’anesthésie générale. Elle consiste à implanter un tube fin reliant directement l’intérieur de l’estomac à un « skin-port », dispositif de la taille d’un jeton de poker situé sur la partie extérieure de l’abdomen, qui dispose d’une vanne pouvant être ouverte ou fermée à la demande. Environ 20 minutes après chaque repas, le patient vide une partie du contenu de son estomac dans les toilettes via ce robinet pompe, comme le montre la vidéo ci-dessous.

La manœuvre, pas très ragoûtante, dure 5 à 10 minutes et permet de délester son estomac de 30 % de son contenu avec, à la clé, une perte de poids importante pouvant atteindre « jusqu’à 21 kgs la première année », assure AspireBariatrics, la firme qui a élaboré ce dispositif.

« Ce dispositif envoie le mauvais message »

Pour délivrer son AMM, la FDA s’est appuyée sur les résultats d’un essai clinique mené aux Etats-Unis, comparant la perte de poids de 111 patients traités par AspireAssist, qui ont aussi bénéficié d’un programme d’éducation alimentaire, à celle de 60 patients « témoins », qui, eux, n’ont suivi que le programme. Au bout d’un an, les premiers ont perdu en moyenne 12,1 % de leur poids total, contre 3,6 % chez les seconds, explique la FDA. « Ce dispositif m’évoquele ballon intragastrique, indique le Dr Patrick Bergevin, chirurgien digestif et membre du  think tank ObésitéS. Je crains qu’on observe les mêmes effets : une perte de poids importante et des kilos vite repris. »

Car si une chirurgie bariatrique doit s’accompagner d’une rééducation alimentaire, « aucun changement brusque de régime alimentaire n’est nécessaire » avec la pose de l’AspireAssist, assure la firme sur son site. « Ce dispositif envoie le mauvais message, c’est la voie de la facilité et c’est un pousse-au-crime, déplore le chirurgien. On déresponsabilise les patients en les invitant à simplement ouvrir un robinet plutôt que de mettre l’accent sur une prise en charge globale, ce qui peut encourager les déviances alimentaires, comme la boulimie : plutôt que de se faire vomir, on ouvre le robinet. »

Pour le chirurgien, une prise en charge efficace de l’obésité comprend «  un suivi au long cours, un accompagnement psychologique et une rééducation alimentaire ». Avec cet encadrement, « on commence par stabiliser les patients, on les sort des régimes restrictifs tout en enrayant leur prise de poids, précise le chirurgien. C’est un travail fondamental même si, forcément, les résultats ne sont pas spectaculaires : c’est souvent l’association avec une chirurgie bariatrique (anneau gastrique, gastroplastie longitudinale ou bypass gastrique) qui entraîne la perte de poids rapide et importante. »