Pesticide: L'autorisation du glyphosate toujours pas prolongée, la Commission s'énerve

ENVIRONNEMENT Cet herbicide, contenu dans le Roundup et accusé d’être cancérigène, est la substance active la plus utilisée par les agriculteurs européens…

20 Minutes avec AFP

— 

Un champ traité au glyphosate en Allemagne.
Un champ traité au glyphosate en Allemagne. — Sebastian Willnow

Le feuilleton continue. Après l’échec des deux précédentes réunions en mars et en mai dernier, les pays membres de l’UE, réunis en comité d’experts, n’ont pas trouvé ce lundi de majorité pour prolonger l’homologation du glyphosate, cet herbicide aux effets controversés sur la santé.

La Commission européenne proposait de prolonger de 12 à 18 mois, sous conditions, l’autorisation de ce pesticide sur le territoire de l’UE, qui expire à la fin du mois, jusqu’à la publication d’une étude de l’Agence européenne des produits chimiques (Echa).

>> A lire aussi : Pourquoi les experts s'écharpent-ils autour de ce pesticide?

L’Allemagne et la France se sont abstenues

« Il n’y a pas eu de majorité qualifiée », a simplement affirmé un porte-parole de l’exécutif européen, Alexander Winterstein, lors d’un point presse quotidien de l’institution.

Selon une source européenne, 20 Etats membres ont donné leur accord, un a voté contre, les autres se sont abstenus. Des sources européennes ont indiqué que l’Allemagne et la France notamment se sont abstenues.

>> A lire aussi : Marisol Touraine confirme que «le glyphosate ne sera pas autorisé en France»

La ministre française de l’Environnement Ségolène Royal avait prévenu le 1er juin que Paris « ne votera (it) pas la proposition de Bruxelles ».

La réglementation européenne prévoit qu’en cas d’absence de majorité qualifiée, le sujet puisse passer en comité d’appel, saisi par la Commission, qui permet une discussion « à un niveau de représentation plus élevé » selon les règles communautaires. Si aucune majorité qualifiée ne se dégageait une nouvelle fois en comité d’appel, la décision reviendrait à la Commission.

Défenseurs et opposants du glyphosate, qui se retrouve dans les pesticides les plus courants, se déchirent sur son risque cancérigène, études scientifiques en main.