De moins en moins de médecins généralistes en France

SOINS La question des déserts médicaux « préoccupe » de plus en plus…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un médecin généraliste.
Illustration d'un médecin généraliste. — VALINCO/SIPA

Le Conseil de l’ordre des médecins tire la sonnette d’alarme. Les derniers chiffres présentés ce jeudi prévoient un quart de généralistes en moins sur 20 ans. Discutée cette semaine lors du Congrès des maires de France, la question des déserts médicaux « préoccupe », a rappelé le docteur Patrick Romestaing, vice-président du Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom), à l’occasion de la présentation de son atlas démographique annuel.

Et les chiffres sont alarmants. Si le nombre de médecins, toutes spécialités confondues, stagne depuis plusieurs années avec plus de 215.000 praticiens en activité en 2015, la chute « inexorable » de la médecine générale s’est poursuivie.

>> A lire aussi : 50.000 euros pour les médecins qui s'installent

8,4 % de généralistes en moins depuis 2007

L’Ordre recensait ainsi 89.000 généralistes en activité en janvier 2016, soit une baisse de 8,4 % par rapport à 2007. A ce rythme, la France aura perdu un quart de ses généralistes entre 2007 et 2025.

Evolution du nombre de médecins entre 2007 et 2016.
Evolution du nombre de médecins entre 2007 et 2016. - Infographie

En cause, l'« explosion » du nombre de médecins retraités, qui a augmenté « de 90 % sur dix ans », et touche principalement les généralistes, selon Jean-François Rault, président de la section santé publique et démographie médicale du Cnom.

>> A lire aussi : Vers une consultation à 25 euros?

Paris et la Nièvre plus touchées

Mais aussi le manque d’attractivité dont souffre la médecine générale chez les étudiants, et la désaffection de la profession pour certains territoires. « Toute la France est concernée », insiste le Dr Romestaing. « Y compris les zones périurbaines, les métropoles, le cœur de Paris ! »

C’est à Paris et dans la Nièvre que la décrue est la plus forte, avec un quart de généralistes en moins en neuf ans. A l’inverse, les départements situés sur la façade Atlantique ont vu leur nombre de généralistes augmenter.