Médecins: Un quart des généralistes devraient disparaître d'ici à 2025

SOINS Les spécialistes, eux, sont en augmentation, selon le bilan du Conseil national de l’ordre des médecins…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration: visite chez le médecin généraliste.
Illustration: visite chez le médecin généraliste. — Baleydier/SIPA

Contrairement aux effectifs des spécialistes, qui ont le vent en poupe, le nombre de médecins généralistes baisse presque partout en France. C’est le constat préoccupant dressé par le Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom) dans son atlas annuel présenté ce jeudi.

« Cette chute devrait se poursuivre jusqu’en 2025 et pourrait se traduire par la perte d’un médecin généraliste sur quatre durant la période 2007-2025 », alerte l’organisme représentant la profession médicale.

Les « premiers touchés » par les départs à la retraite

En cause : l’augmentation des départs à la retraite (+ 87,7 % entre 2006 et 2017), face auxquels les médecins généralistes sont les « premiers touchés ».

Ainsi, en neuf ans, leurs effectifs ont diminué de 8 %. Pas moins de 81 départements sont concernés, en particulier Paris et la Nièvre (- 25 %), devant l’Yonne et les Yvelines (- 21 %).

>> A lire aussi : La consultation des généralistes pourrait passer à 25 euros

Plus délicat encore dans les déserts médicaux

Et alors que la moyenne nationale des généralistes est de 132,1 pour 100.000 habitants, la situation est particulièrement inquiétante dans des territoires où la densité de ces professionnels est déjà faible : la région Centre (107,5 pour 100.000 habitants) ou encore la Bourgogne (113,5 pour 100.000).

Seulement treize départements enregistrent une augmentation du nombre de généralistes en 2015. Parmi eux, ceux situés sur la façade Atlantique, la Savoie et Haute-Savoie, le Doubs et les Pyrénées-Orientales.

>> A lire aussi : Déserts médicaux: 50.000 euros pour les médecins qui s'installent

Les spécialistes en augmentation dans 66 départements

Constat totalement inverse du côté des spécialistes, en constante augmentation depuis 2007. Selon l’Ordre, ces praticiens pourraient même être plus nombreux que leurs confrères généralistes en 2020.

Entre 2007 et 2016, leur présence s’est intensifiée dans pas moins de 66 départements et a diminué dans 25 autres. Les plus fortes augmentations ont été constatées en Haute-Savoie et dans la Somme (respectivement + 24 et + 23 % sur cette période).