Chine: La malbouffe fait exploser l'obésité chez les adolescents

ALIMENTATION En 1985 en Chine, seuls 0,03 % des garçons et 0,12 % des filles étaient obèses. Ils étaient environ 17 % de garçons et 9 % de filles en 2014...

20 Minutes avec agences

— 

Un enfant chinois obèse (illustration).
Un enfant chinois obèse (illustration). — Quirky China News / Rex / SIPA

Marginale il y a trente ans, l’obésité a explosé chez les enfants et adolescents des provinces rurales chinoises qui ont de plus en plus d’appétit pour la « junk food ». « La Chine paie ainsi le prix de l’adoption d’un mode de vie occidental », commente l’European journal of preventive cardiology qui vient de publier les résultats de son étude menées sur 27 840 jeunes de la province de Shandong (est de la Chine) entre 1985 et 2014.

>> A lire aussi : Obésité en Chine: "J'ai 15 ans et je ne veux plus grossir"

Dans le détail, moins de 1 % d’enfants et adolescents chinois étaient obèses en 1985 (0,03 % de garçons, 0,12 % de filles). Ils étaient environ 17 % de garçons et 9 % de filles en 2014. Soit la « pire explosion de l’obésité infantile » observée par le professeur Joep Perk, porte-parole de la Société européenne de cardiologie, qui assure que « la popularité du mode de vie occidentale va coûter des vies ».

Suralimentation hypercalorique

Dans cette province de presque 96 millions d’habitants, le nombre d’enfants chinois obèses de 6 à 17 ans a triplé entre 2002 et 2012. Et cette obésité affecte les garçons plus que les filles. Un phénomène qui s’expliquerait par la politique de préférence masculine. Les chercheurs expliquent ainsi que les ressources de la famille bénéficient davantage aux garçons qu’aux filles.

« Reste qu’on est convaincu qu’une suralimentation hypercalorique découlant d’une l’occidentalisation des mesures d’hygiène et diététique est la seule explication de l’accroissement important de l’obésité observé chez les jeunes chinois et asiatiques en général », analyse David Nocca, spécialiste français de l’obésité infantile.

Accroissement des revenus

Selon lui, ce regain d’obésité d’autant plus problématique que « traditionnellement, les pays asiatiques étaient connus pour avoir déjà un taux de diabète assez élevé, notamment la population japonaise en raison de facteurs génétiques ». De fait, le risque de diabète et de maladies cardiovasculaires risque ainsi d’être largement amplifié par l’obésité.

Cette hausse de l’obésité coïncide en outre avec un accroissement des revenus des ménages des familles rurales. Les experts s’attendent « à ce que cette tendance se poursuive dans les prochaines décennies non seulement dans la province de Shandong, mais encore dans d’autres régions de Chine ».

« Pour brûler ces calories, ils devraient marcher 46 km »

Forts de cette étude, les scientifiques poussent donc un « signal d’alarme » à l’attention du gouvernement. Un gouvernement qui, selon eux, ne doit plus pas négliger les populations rurales dans ses politiques visant à réduire l’obésité infantile.

>> A lire aussi : L'Europe confrontée à une épidémie d'obésité d'ici à 2030 selon l'OMS

Alors comment enrayer cette épidémie ? En éduquant davantage les enfants à la nourriture saine et à la nécessité d’avoir une activité physique régulière. Tout simplement. Mais également en réduisant le temps passé par la jeunesse face aux ordinateurs. « Les jeux informatiques ne sont pas en eux-mêmes en cause, commente le professeur Joep Perk. Le problème est que les enfants restent assis avec deux litres de soda. Pour brûler ces calories, ils devraient marcher 46 km. »