Pourquoi dort-on si mal hors de chez soi?

SCIENCES Durant la première nuit passée dans un environnement inconnu, l’hémisphère gauche du cerveau passe en mode «hyperactif»...

20 Minutes avec agence

— 

Cinq phases différentes composent votre sommeil.
Cinq phases différentes composent votre sommeil. — POUZET / SIPA

L’impression d’avoir plus de mal à trouver le sommeil et à bien dormir lorsqu’on n’est pas dans son lit serait bien réelle. Elle vient même d’être scientifiquement prouvée par des chercheurs de l’université de Brown (Etats-Unis).

Un sommeil de moindre qualité

Selon ces experts qui livrent les résultats de leurs travaux dans la revue Current Biology, lors de la première nuit passée dans un environnement qui ne nous est pas familier, l’hémisphère gauche du cerveau resterait très actif, en alerte et à l’affût de tout bruit ou sensation inquiétante afin de pouvoir nous réveiller en cas de danger. D’où un « effet de la première nuit » entraînant un sommeil de moindre qualité.

>> A lire aussi : Lire sur une tablette avant le coucher perturberait la qualité du sommeil

 

Cette hyperactivité de l’hémisphère gauche a été observée grâce à l’étude du sommeil de 35 sujets volontaires. Tous ont été soumis à des examens sous IRM, électroencéphalographe et magnétoencéphalographe alors qu’un son était émis à proximité de chacune de leurs oreilles pendant leur nuit passée hors de chez eux.

Des hémisphères en alerte de façon alternée ?

Les scientifiques américains ont ainsi relevé que, lors de la première nuit, c’est en stimulant l’oreille droite (reliée à l’hémisphère gauche du cerveau) que les sujets avaient tendance à se réveiller davantage. En revanche, les nuits suivantes, aucun des hémisphères du cerveau ne présentait une activité particulière.

Les chercheurs ne sont toutefois intervenus qu’au début du cycle du sommeil et ils n’excluent donc pas que, comme chez certains autres mammifères tels que les dauphins, l’hémisphère droit prenne ensuite le relais et que, au cours de la nuit, les hémisphères restent en alerte de façon alternée.