Survivante du cancer du sein, Paulette va marcher «topless» et montrer ses cicatrices

DOCUMENTAIRE Son parcours de 1.609 kilomètres à travers les Etats-Unis sera filmé «sans filtre» par Emily MacKenzie...

20 Minutes avec agence

— 

Paulette Leaphart, survivante du cancer, se lance en mai 2016 dans une marche de 1609 kilomètres, à travers les Etats-Unis. L'Américaine veut sensibiliser la population au cancer du sein.
Paulette Leaphart, survivante du cancer, se lance en mai 2016 dans une marche de 1609 kilomètres, à travers les Etats-Unis. L'Américaine veut sensibiliser la population au cancer du sein. — YouTube

Une marche de 1 000 miles, soit 1 609 kilomètres à travers les États-Unis, « sans chemise ni tee-shirt ». C'est le défi que s'est fixé Paulette Leaphart. Cette Américaine de 49 ans, qui a subi une masectomie à la suite d'un cancer du sein, et qui n'a pu bénéficier d'une chirurgie réparatrice, souhaite sensibiliser la population à la maladie.

« Le cancer, c'est cette cicatrice qui traverse mes seins »

« Je ne veux pas raconter une version édulcorée et joyeuse de l'histoire. Le cancer, ce n'est pas ça. Le cancer, c'est cette cicatrice qui traverse mes seins et c'est pour ça que je marche », a raconté Paulette à The Atlantic, alors qu'elle préparait le challenge qu'elle commencera début mai. 

L'Américaine, mère de famille, partira de sa ville natale de Biloxi, dans le Mississippi et marchera jusqu'à la capitale Washington. « Les gens seront forcément attentifs quand ils verront une femme noire marcher sur les routes du pays sans chemise ni tee-shirt », prévient celle qui explique avoir « botté le cul » à la maladie.

« Mais à quoi ressemble une femme sans sein ? »

« Je n'ai pas de seins, mais je suis vivante », mesure aujourd'hui Paulette qui sera suivie durant sa marche par la documentariste Emily MacKenzie. Le parcours bouclé, un documentaire baptisé Scar Story (l'histoire d'une cicatrice) verra, en effet, le jour.

Un film pour illustrer le combat d'une vie et briser l'omerta entourant la mastectomie et, affirme Paulette, répondre à la question que beaucoup se posent « mais à quoi ressemble une femme sans sein ? »