Attentats du 13 novembre: Qu'est ce que le propranolol, testé pour effacer certains souvenirs?

TRAITEMENT Combiné à une psychothérapie, ce médicament permet aux victimes de soigner leur stress post-traumatique…

R.S.
— 
400 volontaires pourront suivre un traitement à base de propranolol pour atténuer les effets de leur stress port-traumatique. Illustration.
400 volontaires pourront suivre un traitement à base de propranolol pour atténuer les effets de leur stress port-traumatique. Illustration. — DURAND FLORENCE

Sur le papier, cela rappelle certains scénarios hollywoodiens. Comme Jim Carrey dans le film « Eternal Sunshine », qui raye de sa mémoire une ex-petite amie grâce à une machine, il serait donc possible d’effacer certains souvenirs chez des patients.

>> A lire aussi : Attentats de Paris: Un nouveau traitement va être testé pour traiter le stress post-traumatique

Un test auprès de 400 volontaires

Une étude menée par les professeurs en psychiatrie Alain Brunet, (université McGill de Montréal) et Bruno Millet (hôpital de la Pitié-Salpêtrière), doit permettre à des victimes des attentats du 13 novembre de mieux gérer l’état de stress post-traumatique. Un mal qui peut survenir plusieurs mois, voire plusieurs années après un choc psychologique, et peut plonger les patients dans des états d’agitation, d’anxiété permanente, d’insomnie, de dépression, ou accroître leur penchant suicidaire.

Dans les semaines qui ont suivi les événements tragiques de novembre, des centaines de personnes ont eu recours à une aide psychologique. Certaines ont suivi des thérapies comportementales et cognitives (TCC), pris des antidépresseurs. Seule une minorité développe désormais un stress post-traumatique. Pour les aider, une dizaine d’hôpitaux parisiens recrute actuellement 400 volontaires amenés à tester un médicament, le propranolol, qui leur sera administré en complément d’une psychothérapie.

Inhiber les manifestations somatiques de l’émotion

Ce médicament, d’ordinaire utilisé en cardiologie, a un effet bêta bloquant. Il permet notamment de ralentir et renforcer les contractions du cœur. Il est aussi prescrit pour traiter l’hypertension, la migraine et figure sur la liste des produits dopants pour les sportifs.

Selon le professeur Gérard Schmit, psychiatre à Reims et ancien président de la fédération française de psychiatrie, le propranolol « bloque les récepteurs du système végétatif et inhibe les manifestations somatiques (les signes physiques), de l’émotion. » Quand on ressent une émotion, un contenu mental, un affect, y est associé. Il est souvent accompagné de manifestations somatiques comme des maux de tête, de ventre ou des palpitations. L’objectif du propanolol est donc de bloquer cette émotion initiale, activée par un souvenir. « Si on bloque le ressenti somatique, on imagine que l’émotion sera vécue moins intensément », témoigne le psychiatre.

Dans les faits, le patient prend donc un comprimé de propranolol avant chacune des six séances de psychothérapie. Lors de la première séance, il écrit le récit de son traumatisme. Le stress est donc réactivé. Puis il lit ce texte lors des séances suivantes. En fin de traitement, le texte évoqué ne doit plus correspondre à son ressenti. En réalité, le médicament bloque la reconsolidation du souvenir. Il ne l’efface pas mais diminue son intensité émotionnelle.

Le précédent AZF

Le même type de protocole a déjà été testé avec succès à Toulouse, dans l’équipe du professeur Philippe Birmes, pour sept victimes de la catastrophe de l’usine AZF, traitées en 2008. Après six séances, la plupart des symptômes de stress post-traumatiques ont été réduits ou ont disparu chez ces patients.

En 2013, une autre étude baptisée « Reductrauma-multi », a été lancée sur 58 patients à Lille, Toulouse et Tours pour observer les effets du médicament sur les structures cérébrales. Celle-ci n’est pas encore arrivée à son terme mais le professeur Birmes avait demandé en décembre la levée de la procédure permettant de savoir quels patients étaient sous placébo ou réellement traités. Ceci, afin de proposer des solutions efficaces aux victimes des attentats, en attendant les résultats de cette nouvelle étude à grande échelle prévue pour le printemps.