Le LSD décloisonne le cerveau

ETUDE Pour la première fois, des scientifiques ont observé le fonctionnement du cerveau exposées à la diéthylamide de l'acide lysergique, plus connue sous le nom de LSD...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration: le cerveau humain.
Illustration: le cerveau humain. — Purestock/SIPA

C’est une première. Grâce à de nouvelles techniques d’imagerie médicale, les particularités présentées par le cerveau humain exposé à la diéthylamide de l’acide lysergique ( LSD) viennent d’être observées par les experts du département de neuropsychopharmacologie de l’Imperial college de Londres (Royaume-Uni).

>> A lire aussi : Risques, retombées... Pourquoi la question de la légalisation du cannabis se pose toujours

« On obtient un cerveau plus intégré, plus unifié »

Bilan : sous LSD, certaines zones du cerveau qui sont habituellement peu ou pas connectées communiquent davantage entre elles, d’une façon comparable au fonctionnement d’un cerveau d’enfant.

« Normalement, notre cerveau est composé de réseaux indépendants qui séparent différentes fonctions spécifiques, comme la vision, l’ouïe ou le mouvement. Sous LSD, la séparation de ces réseaux se brise et on obtient un cerveau plus intégré, plus unifié », explique Robin Carhart-Harris, coauteur de l’expérience dont les résultats sont publiés dans la revue scientifique PNAS (en anglais).

Vers des traitements contre certaines pathologies psychiatriques

Selon les scientifiques, qui ont administré à un groupe de volontaires déjà consommateurs une dose de LSD, « ces connexions augmentées » pourraient d’ailleurs expliquer les sensations d’altération de la perception souvent ressenties par les consommateurs de ce produit hallucinogène.

A noter que si le protocole de l’étude, impliquant la consommation de substances stupéfiantes, peut choquer, les scientifiques soulignent l’utilité clinique de leurs travaux. Tous espèrent, en effet, à terme, contribuer à la découverte de traitements (voire de thérapies) contre certaines pathologies psychiatriques.