Maladies cardiovasculaires: La moitié des femmes qui en meurent ont entre 20 et 45 ans

SOCIETE Les organisateurs de la journée de mobilisation nationale, « Sauvez le cœur des femmes », rappellent que les pathologies cardiaques tuent plus de femmes que les cancers…

20 Minutes avec agence

— 

Jeune femme obèse, illustration.
Jeune femme obèse, illustration. — FLORENCE DURAND / SIPA

La moitié des décès suite à une maladie cardiovasculaire touchent des femmes âgées de 20 à 45 ans. Ce chiffre, tiré d’une étude réalisée en septembre dernier par l’association Ajila, est remis sur la table ce jeudi, à l’occasion de la journée de mobilisation nationale « Sauvez le cœur des femmes ». L’objectif : sensibiliser la population à la prévention des maladies cardiovasculaires chez les femmes.

Les conséquences mortelles des pathologies cardiaques, comme les AVC, les angines de poitrine ou l’infarctus, représentent par ailleurs la première cause de mortalité féminine (42 %), devançant même les cancers (27 %), selon la Fédération française de cardiologie. Et si les causes de ce constat ne font guère de doute, force est de constater que l’information et la prévention ont encore des progrès à faire, rapporte BFMTV.

Les femmes peu conscientes des risques réels

Ainsi, peu de femmes sont conscientes des risques réels des maladies cardiovasculaires : selon l’étude de l’Ajila, elles placent l’infarctus du myocarde en quatrième place sur la liste des causes de décès, derrière les accidents de la route, le cancer du sein et les AVC.

Par ailleurs, 31,7 % des 5.482 femmes interrogées considèrent leur alimentation comme non équilibrée, et seulement 30 % affirment ne pas grignoter entre les repas. Enfin, plus de la moitié ne pratique pas assez d’exercice physique.

Les plus à risque sont les moins bien informées

L’éude pointe également du doigt le tabac, responsable de 60 % des décès dus à une pathologie du cœur. Or les fumeuses, les femmes prenant la pilule et toutes celles dont le mode de vie génère des risques accrus font partie des moins bien informées sur les facteurs favorisant les maladies cardiovasculaires.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), neuf millions de femmes meurent chaque année de maladies cardiovasculaires dans le monde,