Haro sur des produits injectables pour éclaircir la peau

COSMETIQUE Le manque d'informations sur ces substances représente «un danger grave pour les utilisateurs» d'après l'Agence du médicament...

20 Minutes avec agence
— 
Michael Jackson en 1998
Michael Jackson en 1998 — Sipa

Des produits injectables pour éclaircir ou blanchir la peau, distribués via des sites internet, ont été suspendus du marché. Cette interdiction fait suite à une décision de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) datée du 1er avril.

Ainsi, la publicité, la détention, la fabrication, l’importation, l’exportation ainsi que la distribution « même à titre gratuit » de ces produits promus auprès des consommateurs français ne sont, de fait, plus autorisées. La commercialisation ne pourra reprendre qu’après une mise en conformité avec la législation et la réglementation sur le médicament.

>> A lire aussi : Cosmétique: Le pouvoir des actifs de l’extrême

Peu de transparence sur la qualité de ces produits

Deux cas d’exposition à ces produits ont été signalés en France l’année dernière via les Centres antipoison, dont un avec nausées, sensation vertigineuse et palpitations. Pour l’ANSM, l’absence de données permettant de s’assurer de la sécurité et de la qualité de fabrication des produits éclaircissants « caractérisent un danger grave pour les utilisateurs ».

L’Agence s’inquiète également de la présentation, sous forme injectable, et des modalités d’administration préconisées sur les sites de vente, qui « peuvent laisser penser au consommateur moyennement averti qu’il serait en présence de médicament ». Pourtant, aucune autorisation n’a été délivrée par les autorités sanitaires pour ces produits