Santé: Un adulte sur cinq sera obèse en 2025

SANTE Une étude alerte sur la progression de cette épidémie, qui touche 650 millions d'adultes dans le monde...

M.C. avec AFP

— 

Une femme obèse.
Une femme obèse. — Jonathan Player/REX/REX/SIPA

Si des politiques de lutte contre l’obésité ne sont pas mises en œuvre « rapidement » dans le monde, des « conséquences sanitaires d’une ampleur inconnue » sont à craindre, estime le Pr Majid Ezzati. Selon une étude coordonnée par ce chercheur de l’Imperial College de Londres, l’obésité touche aujourd’hui près de 650 millions d’adultes, soit 13 % de la population mondiale adulte, un pourcentage qui pourrait atteindre 20 % d’ici 2025 si le rythme de progression actuelle de cette épidémie se maintient

>> Obésité: Un petit frère ou une petite sœur ferait du bien à votre enfant

« En 40 ans, nous sommes passés d’un monde où l’insuffisance pondérale était deux fois plus importante que l’obésité à un monde où les personnes obèses sont plus nombreuses que celles en sous-poids », souligne le scientifique.

Une alimentation industrielle et trop riche et des prédispositions génétiques

Présentée comme l’une des plus complètes réalisées à ce jour sur le sujet, cette étude publiée dans la revue médicale britannique The Lancet se fonde sur des données concernant quelque 19 millions de personnes âgées de 18 ans et plus, vivant dans 186 pays.

>> A lire aussi : Podomètre de François Hollande, ce que représentent vraiment 6.000 pas par jour

Par extrapolation, elle évalue le nombre d’obèses adultes à 641 millions en 2014, dont 375 millions de femmes et 266 millions d’hommes. En 1975, ils n’étaient que 105 millions. Une explosion liée notamment à une alimentation industrielle et trop riche, mais aussi à des prédispositions génétiques.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), une personne est considérée comme obèse lorsque son indice de masse corporelle (IMC, qui correspond au rapport entre poids et taille) dépasse les 30 kg/m2. Au-delà de 35, on parle d’obésité sévère. En 40 ans, l’IMC moyen est, selon l’étude, passé de 21,7 à 24,2 chez les hommes et de 22,1 à 24,4 chez les femmes adultes, soit une augmentation de poids de 1,5 kg tous les 10 ans en moyenne.

Les six pays riches anglophones accueillent un cinquième des adultes obèses

L’obésité constitue désormais « un problème important de santé publique » dans de nombreuses régions à revenu intermédiaire (Pacifique, Moyen-Orient, Afrique du nord, certains Etats d’Amérique du sud ou des Caraïbes), relève l’étude.

>> A lire aussi : Une découverte génétique ouvre l'espoir d'un nouveau traitement

Si l’IMC est resté globalement stable entre 1975 et 2014 chez les femmes japonaises et la plupart des femmes européennes (à l’exception notable des Britanniques), les six pays riches anglophones (USA, Royaume-Uni, Australie, Canada, Irlande et Nouvelle-Zélande) présentent des résultats nettement plus inquiétants : ils accueillent aujourd’hui un cinquième des adultes obèses dans le monde, soit 118 millions de personnes, et 27 % des obèses sévères, soit 50 millions.

La palme revient toutefois à la Polynésie et à la Micronésie, des îles du Pacifique où 38 % des hommes et la moitié des femmes adultes sont obèses. Aux Samoa américaines, des îles dans le sud du Pacifique, l’IMC moyen culmine aujourd’hui à 34,8 chez les femmes et 32,2 chez les hommes adultes, contre 28 aux Etats-Unis.