MST: Les 18-35 ans insuffisamment informés sur les maladies liées au sexe

SEXE Une enquête réalisée à l'occasion de la première Journée nationale de prévention et d'information sur les maladies sexuellement transmissibles est publiée ce jeudi...

20 Minutes avec agences

— 

Préservatifs, illustration.
Préservatifs, illustration. — CARO FOTOS/SIPA

Les Français de 18 à 35 ans restent mal informés sur les maladies sexuellement transmissibles (MST). Des pathologies pourtant contractées par plus d’un million de personnes dans le monde par jour, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

>> A lire aussi : Tinder, l'appli accusée de propager les MST

Tels sont les résultats d’une enquête réalisée à l’occasion de la première Journée nationale de prévention et d’information sur les MST, organisée ce jeudi par le Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV).

Le psoriasis, une MST ? Non, une maladie de peau

Ainsi, si pour 76 % des sondés, l’herpès génital figure bien au rang des MST, tout comme la syphilis et les morpions (63 %), ils sont moins nombreux à reconnaître que l’hépatite B (49 %) et les papillomavirus (45 %) sont également sexuellement transmissibles. A tort, 12 % pensent aussi que le psoriasis est une MST, alors qu’il s’agit d’une maladie de peau.

Par ailleurs, 7 Français sur 10 ignorent ou interprètent mal les signes d’une MST (brûlure, écoulement, ulcération) et 3 sur 10 ne savent pas qu’elles peuvent se transmettre par voie anale.

Les femmes préviennent davantage leur partenaire que les hommes

Et si la majorité des 18-35 ans affirment qu’ils consulteraient un médecin au moindre signe suspect, un sur dix estime pourtant qu’il n’est pas nécessaire de prévenir de futures partenaires en cas de signes possibles de MST. Les femmes se montrent toutefois plus prévenantes que les hommes : 53 % informent leur partenaire du risque contre seulement 43 % des hommes.

Tout aussi surprenant, si le préservatif est reconnu majoritairement par cette tranche d’âge comme la meilleure protection contre ces maladies, seulement 54 % l’utilisent systématiquement et 49 % en ont toujours sur eux.

>> A lire aussi : Les koalas vont-ils sauver l’homme d’une MST?

Pour sensibiliser le grand public et les jeunes en particulier, le syndicat, a mis en place deux outils : une application gratuite "MSTRisk" (disponible sur l’App store et Google play) qui aborde les MST de manière graphique et pédagogique par le biais des symptômes, et un site Internet expliquant les modes de transmission, les symptômes et les traitements.

>> A lire aussi : TUP, l'appli géolocalisée pour trouver un préservatif ou un centre de dépistage