Illustration d'un enfant.
Illustration d'un enfant. — Superstock / Sipa

RECHERCHE

Obésité: Un petit frère ou une petite sœur ferait du bien à votre enfant

Avoir une petite sœur ou un petit frère diminuerait les risques d'être obèse chez le jeune enfant, selon une étude américaine...

Avoir un petit frère ou une petite sœur serait bénéfique pour la santé de l’aîné. C’est en tout cas ce qu’affirme le Washington Post, qui relaie les résultats d’une étude menée par des chercheurs américains sur 697 enfants pendant six ans.

A leur arrivée au CP, « les enfants qui ont un petit frère ou une petite sœur ont moins de chances d’être obèse que les autres », rapporte le journal américain.

Les enfants uniques plus sédentaires ?

Si cette étude ne permet pas d’établir de lien formel entre l’obésité et le fait d’être enfant unique, les chercheurs, qui admettent ignorer les causes exactes de ce constat, formulent tout de même quelques hypothèses.

« Peut-être que les familles ont plus tendance à amener leurs enfants jouer au parc quand il y a un autre jeune enfant, ou peut-être qu’il est moins sédentaire, passe moins de temps à regarder la télévision, quand sa petite sœur ou son petit frère est là pour jouer avec », avance ainsi Julie Lumeng, chercheuse à l’origine de l’étude, au site britannique Metro.

>> A lire aussi : Les aînés seraient plus intelligents que leurs frères et sœurs

« Quand un nouvel enfant arrive, les parents sont peut-être plus détendus par rapport au comportement alimentaire de l’aîné (…). Cette autorégulation pourrait mener les enfants avec des frères et sœurs à avoir une courbe de poids plus saine », suppose de son côté Jerica Berge, chercheuse à l’université du Minnesota.