Pourquoi les lunettes sont si chères en France?

CONSOMMATION Le gouvernement vient de créer un observatoire des prix et de la prise en charge en optique médicale...

Delphine Bancaud

— 

Une petite fille et ses lunettes.
Une petite fille et ses lunettes. — ISOPIX/SIPA

La ministre de la Santé, Marisol Touraine, souhaite faire baisser les prix des lunettes. Première étape pour y parvenir : créer un observatoire des prix et de la prise en charge en optique médicale, dont le ministère de la Santé vient de fixer la composition et les règles de fonctionnement, dans un arrêté publié ce samedi au Journal Officiel (JO).

Celui-ci sera chargé « d’analyser les prix de vente, les caractéristiques et la qualité des équipements d’optique et leur niveau de couverture par les contrats complémentaires en santé », et de surveiller les évolutions de ce secteur. Car pour l’heure, le prix des lunettes est encore élevé en France : selon GFK, le prix moyen d’un équipement (2 verres + 1 monture) constaté en 2015 était de 319 euros TTC (tous types de verres). « Et leur budget dans ce domaine avant remboursement est 50 % au-dessus de la moyenne de celui observé dans les grands pays européens », indique Mathieu Escot, responsable des études à l’UFC.

Les mutuelles en partie responsables

Un surcoût de l’optique hexagonal qui s’explique notamment par le fait que les Français se font majoritairement rembourser tout ou partie de leurs lunettes par leur mutuelle, contrairement à d’autres pays européens où les complémentaires santé ne prennent pas en charge ces dépenses, comme c’est le cas en Allemagne par exemple. « Or, 94 % des Français sont couverts par une mutuelle et 40 % d’entre eux ont souscrit une formule avec des garanties élevées qui remboursent très bien les frais d’optique. Du coup, ils regardent peu les prix des lunettes et ne font pas jouer la concurrence », observe Mathieu Escot.

>> A lire aussi : Le coût des lunettes jugé trop cher pour 78% des Français interrogés

Un mécanisme qui a contribué à faire grimper les prix, les opticiens se calant sur les niveaux de remboursement des mutuelles pour fixer leurs tarifs. Pour s’attirer les bonnes grâces des clients, certains opticiens ont aussi mis en place des systèmes frauduleux : ils accordent à certains de leurs clients une parure de solaires en plus de la parure normale par exemple. Et pour que ces derniers ne déboursent pas plus et soient bien remboursés par leur mutuelle, ils augmentent le prix des verres (mieux remboursés par la mutuelle) en diminuant le prix de la monture (moins bien remboursée). En 2014, une enquête de l ’UFC avait ainsi démontré que 18 % des magasins d’optiques pratiquaient ce genre d’arrangement.

Les Français adeptes des lunettes sophistiquées

Les dépenses élevées des Français en matière d’optique s’expliquent aussi par la qualité de l’équipement choisi par les Français, constate Marion Starkman, consultante chezGFK. « Il se vend en France des verres plus techniques, donc plus chers. Le poids des verres progressifs est ainsi plus important dans notre pays que chez ses voisins et il se vend aussi davantage de verres avec un traitement (anti-reflet, anti-lumière bleue, anti-rayures) », explique-t-elle.

Les Français sont aussi plus friands de montures haut de gamme ou à la mode : « Contrairement à la Grande-Bretagne, où les ventes de montures de marque distributrice représentent 70 % du volume des ventes, les Français restent très attachés à la marque », constate-t-elle.

>> A lire aussi : Comment faire (vraiment) baisser les prix dans l'optique

Autre raison des prix élevés de l’optique en France : le trop grand nombre d’opticiens. « Les magasins d’optique ont augmenté de 47 % en douze ans. Et comme ils vendent en moyenne trois paires de lunettes par jour, ils sont obligés de pratiquer des prix élevés pour rentrer dans leurs frais », explique Mathieu Escot. La concurrence exacerbée que les professionnels se livrent les oblige aussi à investir beaucoup dans le marketing. « La publicité et les opérations commerciales, telle que la 2e paire gratuite, représentent au final 60 euros par paire vendue », poursuit le responsable des études à l’UFC.

Le gouvernement agit sur le sujet

Ces prix élevés de l’optique ont une conséquence dont ne sont pas toujours conscients les Français. La facture des complémentaires santé en matière de frais d’optique, a augmenté de 58 % entre 2006 et 2012, selon la Mutualité Française. Et ce surcoût a bien évidemment été répercuté sur les cotisations des adhérents.

Pour tenter d’agir sur ce dossier, le gouvernement a fait passer un décret le 1er avril dernier, qui vise à réduire la facture des complémentaires santé en matière de frais d’optique. Du coup, pour tous les nouveaux contrats signés ou renouvelés, les mutuelles ne peuvent plus dépasser un remboursement de 470 euros tous les deux ans pour des lunettes à verres simples, et 850 euros pour les dispositifs de correction les plus complexes. Dont 150 euros au maximum pour la monture. Des plafonds qui restent trop élevés pour avoir un réel effet sur les prix, selon certains observateurs.

Selon Mathieu Escot, pour faire baisser les prix, il faut aussi que les accords entre les mutuelles et les opticiens se développent. Ces accords permettent aux mutuelles de négocier des tarifs avec les opticiens, en contrepartie de la garantie d’un volume de clientèle supérieur. Les mutuelles s’engagent en effet à mieux rembourser leurs adhérents lorsqu’ils vont chez un opticien appartenant à leur réseau de soins. Le développement d’une offre optique de qualité sur Internet pourrait aussi contribuer à baisser les prix.