Urgences de Brest: Dans une lettre ouverte, une internaute dénonce une prise en charge «inadmissible»

WEB La charge postée sur Facebook a déjà été partagée plus de 18.000 fois...

20 minutes avec agence

— 

Illustration des urgences d'un hôpital.
Illustration des urgences d'un hôpital. — Credit:GELEBART/20 MINUTES/SIPA

La lettre ouverte a fait mouche. Publié sur Facebook ce vendredi, le témoignage de Vanessa Douguet dénonçant la « longue » prise en charge de sa tante aux urgences du CHU de la Cavale Blanche à Brest (Finistère) a déjà été partagé plus de 18.000 fois.

Dans ce courrier adressé au responsable des urgences et de la direction, l’internaute affirme que sa tante atteinte d’un cancer a dû attendre dix heures avant d’être auscultée et obtenir une chambre. Un délai durant lequel son état de santé « a largement eu le temps de se dégrader » et qui a permis à Vanessa Douguet d’étudier les urgences dans les détails et d’apercevoir des scènes « inadmissibles ».

Des patients qui « vomissent du sang à même le sol »

Elle évoque ainsi « des personnes âgées qui appellent à l’aide car la douleur est à la limite du supportable, d’autres qui vomissent du sang à même le sol sans qu’on leur prête la moindre attention ».

Si elle précise ne pas en vouloir « du tout au personnel hospitalier soignant qui au contraire se bat pour avoir de meilleures conditions de travail et qui fait avec le peu de moyens qu’on lui donne », l’internaute a, explique-t-elle, été « à deux doigts de déposer une plainte auprès des services de police pour non-assistance à personne en danger ».

 

>> A lire aussi : A Brest, un octogénaire meurt sur un brancard en attendant un médecin

 

Le CHU met lui en avant un « taux de satisfaction aux urgences de 72 % »

« Pourquoi accepter d’ouvrir un service des urgences à 17 millions d’euros et ne pas y mettre le personnel ô combien indispensable ? », s’interroge-t-elle encore, avant de rappeler « le décès d’un patient dans le couloir [le 24 février] sur un brancard ».

Interrogé par Le Télégramme, le CHU a confirmé un temps d’attente « encore trop long », et préféré mettre en avant un « taux de satisfaction aux urgences de 72 % ».