Australie: Des chercheurs planchent sur un préservatif très fin fabriqué à base d'herbe

SCIENCES La protection, fabriquée à base de Spinifex, plante endémique australienne, serait très solide et, pourtant, aussi fine qu'un cheveu...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un couple utilisant un préservatif.
Illustration d'un couple utilisant un préservatif. — Jeremy Maude / Mood Boa/REX/SIPA

Après le préservatif version « vaporisateur », le préservatif intelligent qui détecte les maladies sexuellement transmissibles (MST), voici la « capote » ultra-fine et résistante à base de Spinifex, une plante australienne riche en nanocellulose.

Une nanocellulose beaucoup plus solide que le latex qui a sérieusement attiré l’attention des chercheurs de l’université du Queensland (Australie), qui se penchaient notamment dans la confection du préservatif ultime. Ces derniers ont ainsi tenté de mélanger la Spinifex au latex. Et d’obtenir un préservatif « aussi fin qu’un cheveu », disent-ils, mais également plus solide que les modèles disponibles actuellement. En effet, si la moyenne oscille autour des 70 à 90 microns d’épaisseur, ce préservatif australien atteint, lui, les 45 microns d’épaisseur.

Un espoir pour les tribus aborigènes

La Spinifex, qui pousse principalement dans des terres isolées de l’île-continent, est « le Saint Graal du caoutchouc naturel. Et en affinant davantage notre innovation, nous pourrons concevoir un préservatif en latex 30 % plus fin que celui existant », a expliqué au site Medical Daily, Darren Martin, scientifique à l’origine de cette « capote verte ».

Autre effet collatéral de cette invention : si les préservatifs développés par les chercheurs sont un jour commercialisés, les tribus aborigènes, qui récoltent et utilisent déjà les propriétés élastiques et adhésives de la Spinifex, pourraient trouver ici un nouveau marché à exploiter et un nouvel élan économique.