Apnée du sommeil: Des chercheurs écossais sur la piste d'un médicament

ETUDE L'enzyme AMPK permet de respirer plus vite en cas de manque d'oxygène...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration: Une personne en plein sommeil.
Illustration: Une personne en plein sommeil. — POUZET/SIPA

Des chercheurs du Centre de physiologie d’Edimbourg (Ecosse) ont découvert l’AMPK, une enzyme qui permet de réguler le métabolisme et qui aide à mieux respirer en cas de baisse du niveau d’oxygène.

Les dormeurs s’arrêtent de respirer jusqu’à parfois plus d’une dizaine de secondes

Un espoir pour les 3 à 5 % des adultes victimes de l’apnée du sommeil. Pourquoi ? Parce qu’en imitant l’action de la AMPK ces chercheurs espèrent pouvoir mettre au point un médicament qui pourrait soigner ce trouble du sommeil.

Dans leur étude publiée dans American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine, ces experts expliquent avoir relevé qu’en l’absence d’AMPK leurs souris de laboratoire étaient incapables de respirer plus vite, alors que le taux d’oxygène baissait.

>> A lire aussi : Apnée du sommeil : 700.000 personnes traitées en France

Or, un phénomène semblable s’opère durant les phases d’apnée du sommeil provoquées par un relâchement des muscles et de la gorge. Là, les dormeurs s’arrêtent de respirer jusqu’à parfois plus d’une dizaine de secondes avant que leur corps ne réagisse.

Permettre aux personnes vivant en altitude de mieux dormir

Ce médicament, qui devrait donc imiter l’action de l’enzyme, pourrait également permettre aux personnes vivant en altitude, là où l’oxygène est plus rare, de mieux dormir.

Pour rappel, actuellement le port d’un masque sur le visage permettant de recevoir de l’air expulsé par une machine ou la pose d’une prothèse dentaire faisant passer mécaniquement de l’air dans la gorge sont les seuls traitements utilisés contre l’apnée du sommeil.