Zika: Débarrassée du virus, la Polynésie est une mine d'informations

EPIDEMIE La Polynésie française avait été touchée par le virus en 2013-2014, deux ans avant sa propagation à l’échelle mondiale…

20 Minutes avec AFP

— 

La résolution de l'Assemblée générale de l'ONU plaçant la Polynésie française sur la liste des territoires à décoloniser est "une ingérence flagrante" et "une absence complète de respect pour les choix démocratiques des Polynésiens", a dénoncé vendredi Paris.
La résolution de l'Assemblée générale de l'ONU plaçant la Polynésie française sur la liste des territoires à décoloniser est "une ingérence flagrante" et "une absence complète de respect pour les choix démocratiques des Polynésiens", a dénoncé vendredi Paris. — Marcel Mochet AFP

Le ministère de la Santé polynésien a informé mercredi l’ensemble des professionnels du tourisme que le virus Zika ne circulait plus en Polynésie française. Cette collectivité d’outre-mer avait été frappée par l'épidémie en 2013-2014, deux ans avant sa propagation à l’échelle mondiale.

>> A lire aussi : Que sait-on du virus Zika ?

Dans le contexte d’une épidémie qui se mondialise, surtout dans les pays tropicaux, le ministère assure qu’il n’y a « pas de risque connu de contamination par le virus Zika pour les voyageurs qui souhaitent se rendre en Polynésie française ».

La grande majorité de la population immunisée

La grande majorité de la population est en effet immunisée depuis l’épidémie, « rendant très peu probable la reprise d’une nouvelle épidémie pour le moment ». Les autorités sanitaires estiment que le Zika a touché « au moins 60 % » des 280 000 Polynésiens selon les premières estimations d’une étude toujours en cours dans ces îles du Pacifique Sud.

Quarante-deux d’entre eux ont été frappés par le syndrome de Guillain-Barré peu après avoir contracté le virus. Il s’agit d’une maladie inflammatoire du système nerveux périphérique. Elle provoque une faiblesse, voire une paralysie des membres, souvent réversible, mais qui peut durer plusieurs mois.

Le Zika contracté par des Polynésiennes enceintes a aussi causé 18 cas de malformations des fœtus, dont « 10 à 12 peuvent être assimilés à des microcéphalies », selon le Dr Didier Musso, directeur du pôle de recherches sur les maladies infectieuses émergentes à l’Institut Louis-Malardé.

Une mine d’informations pour l’OMS

Avant la Polynésie française, seule l’île de Yap, en Micronésie, avait connu une épidémie de Zika en 2007, mais sans cas graves déclarés. L’épidémie polynésienne est donc une mine d’informations pour l’OMS et les pays touchés aujourd’hui.

« Nos travaux ont démontré que le virus pouvait être transmis de la mère à l’enfant, on avait décrit la transmission possible par voie sexuelle et par voie transfusionnelle, et les premières formes graves, en particulier les Guillain-Barré, donc les laboratoires étrangers s’intéressent à ces travaux qui à l’époque étaient passés relativement inaperçus » a déclaré à l’AFP le Dr Musso.

La Polynésie française a été touchée par le virus Zika, puis par le chikungunya, mais ces deux virus n’y circulent plus, après une flambée épidémique de quelques mois. Seule la dengue, également transmise par le moustique, circule encore dans les archipels polynésiens.