Zika: Comment le vaccin va-t-il voir le jour?

RECHERCHE Sanofi Pasteur n'est pas le seul laboratoire à plancher sur le sujet...

Delphine Bancaud

— 

Une usine de Sanofi Pasteur, le 26 novembre 2012 à Val-de-Reuil
Une usine de Sanofi Pasteur, le 26 novembre 2012 à Val-de-Reuil — CHARLY TRIBALLEAU AFP

Un espoir dans la lutte conte le virus Zika. Sanofi Pasteur a annoncé mardi qu’il était en train de plancher à l’élaboration d’un vaccin contre le virus Zika, espérant avoir une longueur d’avance sur la concurrence grâce à son savoir-faire contre la dengue notamment, un virus de la même famille. 20 Minutes analyse les étapes qu’il faudra franchir au laboratoire avant de commercialiser sa découverte.

Pourquoi Sanofi Pasteur se lance-t-il dans ce projet de vaccin seulement maintenant ?

« Notre projet répond à l’appel à l’action lié à la déclaration de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ayant qualifié, lundi, le virus Zika urgence de santé publique mondiale. En tant que spécialiste de la prévention des maladies infectieuses, le développement d’un vaccin contre le Zika fait partie de notre mission de santé publique », explique à 20 Minutes, un porte-parole du laboratoire. L’OMS s’attend en effet à une propagation « explosive » dans les Amériques, avec 3 à 4 millions de cas cette année. Au Brésil, 1,5 million de cas ont déjà été recensés.

>> A lire aussi : VIDEO. Que sait-on du virus Zika ?

D’autres laboratoires travaillent-ils sur le même projet ?

Sanofi Pasteur est le premier grand fabricant de vaccins à annoncer un programme de recherche sur Zika. « Mais d’autres laboratoires travaillent aussi sur le sujet, en particulier au Brésil, pays durement frappé par cette maladie ».

Plusieurs autres géants pharmaceutiques qui ont des vaccins contre la dengue en préparation pourraient aussi mettre à profit leurs recherches en la matière pour développer un vaccin contre Zika. C’est le cas notamment de GlaxoSmithKline. Idem pour le français Valneva, qui a l’intention d’utiliser l’expertise acquise lors du développement de son vaccin contre l’encéphalite japonaise pour « évaluer la faisabilité technique » du développement d’un vaccin contre Zika au cours des deux prochaines années, selon un communiqué diffusé mercredi. Enfin, l’Institut américain des allergies et maladies infectieuses (NIAID) travaille aussi sur deux approches pour mettre au point un vaccin anti-Zika.


Virus zika : Malformations, propagation, ce que… par 20Minutes

Quels sont les atouts dont disposent Sanofi Pasteur ?

« Nous connaissons bien la famille des flavivirus à laquelle appartient Zika et qui englobe aussi le virus de la fièvre jaune, de la dengue et de l’encéphalite japonaise. Pour ces 3 dernières maladies, Sanofi Pasteur a été capable de développer des vaccins efficaces. Nous disposons donc d’expertise dans le domaine de la recherche fondamentale, mais aussi dans la connaissance épidémiologique de ces maladies. De plus, nous bénéficions d’accès à un réseau d’experts internationaux avec lesquels nous avons développé des collaborations et dont certains se trouvent dans les pays frappés par le virus Zika », explique le porte-parole du laboratoire. L’expérience de Sanofi Pasteur contre la dengue est « un atout certain » pour s’attaquer à Zika, confirme Vincent Genet, spécialiste santé de la société de conseil Alcimed.

A lire aussi : Moustique tigre : Le virus qu’il transmet provoquerait des malformations chez les bébés

A quelles personnes sera-t-il particulièrement destiné ?

« Il nous manque des données épidémiologiques pour définir la population qui bénéficierait le plus de cette vaccination », reconnaît le porte-parole de Sanofi Pasteur.

A quelle échéance sera-t-il prêt ?

« Il est très difficile de répondre à cette question dans la mesure où il nous manque encore des éléments concernant le virus et la maladie. Typiquement, le développement d’un vaccin peut durer jusqu’à 10 ans, mais si la communauté scientifique se mobilise nous devrions être capables de raccourcir significativement ces délais », indique le porte-parole du laboratoire. Selon le Leem (qui regroupe les entreprises du médicament en France) le cycle de production d'un vaccin met de 6 à 22 mois et 70% de ce temps est consacré au contôle qualité.

En capitalisant sur son savoir-faire de recherche et de production de Dengvaxia, le premier vaccin contre la dengue, Sanofi Pasteur devrait aussi pouvoir brûler quelques étapes. Sanofi Pasteur est par ailleurs ouvert à des partenariats avec d’autres acteurs dans les vaccins, publics comme privés, qui s’impliqueraient également dans la lutte contre Zika, ce qui pourrait faire accélérer le processus.