Gastro: Boissons, alimentation, prévention... Comment se soigner

SANTE Si les médicaments sont le plus souvent inutiles, quelques astuces permettent toutefois de se remettre plus facilement d’un épisode de gastro, alors que la France traverse un pic…

Anissa Boumediene
— 
Illustration d'un homme souffrant de maux de ventre.
Illustration d'un homme souffrant de maux de ventre. — CLOSON/ISOPIX/SIPA

Ventre en vrac, diarrhée et vomissements ? Ça y est, la gastro-entérite a pris ses quartiers d’hiver. Avec 151 000 nouveaux cas recensés la semaine dernière par le réseau de surveillance Sentinelles-Inserm, la maladie a franchi le seuil épidémique sur le territoire. Et ce n’est qu’un début, le nombre de cas devrait continuer à augmenter dans les prochains jours. Si quelques mesures élémentaires permettent de s’en prémunir, nombreux sont qui n’échapperont pas à ce virus hautement contagieux, pour lequel il n’y a pas de traitement. Mais 20 Minutes pense à eux, avec ces quelques conseils pour surmonter cette maladie.

>> A lire aussi : Gastro, qui es-tu vraiment ?

Se rehydrater

La première chose à faire en cas de gastro, c’est de se réhydrater. « Quel que soit l’âge, que l’on soit enfant ou adulte, il est primordial de compenser les importantes pertes d’eau engendrées par la diarrhée ou les vomissements », explique le Dr Françoise Cravenne, pédiatre à Paris. Eau, thé ou encore bouillon salé : on boit au moins deux litres de liquide par jour tant qu’on est malade.

Pour mesurer ses pertes d’eau ou celles de son enfant, il faut se peser. Si on a perdu 2 kg en moins de 24 heures, c’est autant de poids perdu en eau, qu’il faut récupérer. « Pour les nourrissons, et même les grands, les solutions de réhydratation, à diluer dans de l’eau, sont un excellent moyen de couvrir les pertes d’eau, préconise la pédiatre. Ils contiennent des sels, qui permettent de garder l’eau, et du sucre, qui donne de l’énergie. Une combinaison qui a aussi l’avantage de soulager les nausées. »

Adapter son alimentation

Côté repas : oubliez haricots verts et épinards. Quand on a une gastro, il est recommandé d’adapter son alimentation, afin de « ralentir le transit » intestinal, indique le Dr Cravenne. « Il faut diminuer les fibres et privilégier le riz, les carottes cuites ou encore les pâtes ». Les adeptes de remèdes de grand-mère en profiteront pour boire un peu d’eau de cuisson du riz, qui réhydrate et calme la diarrhée. Et « pour calmer les nausées, l’astuce, c’est le Coca, mais le vrai, le rouge », précise-t-elle.

Les tout-petits, eux, « peuvent continuer à boire du lait », assure la pédiatre, ajoutant qu'« il ne faut pas s’inquiéter de leur baisse d’appétit passagère, fréquente lors d’une gastro, du moment qu’ils sont bien hydratés ». En cas de doute, « les parents peuvent toujours téléphoner au pédiatre, avant de consulter si les symptômes persistent ou s’intensifient », conseille le médecin.

Se prémunir

Les parents de nourrissons peuvent en plus « opter pour le vaccin, qui protège contre le rotavirus, principal responsable de la gastro », suggère Françoise Cravenne. « Les enfants doivent alors être vaccinés avant leurs 6 mois », précise-t-elle.

Et pour éviter de contaminer tout le monde, « une bonne hygiène des mains est capitale pour se prémunir de la gastro », insiste la pédiatre. « D’ailleurs, l’année de la grippe H1N1, et il n’y a pas eu d’épidémie de gastro. Les gens ont eu tellement peur d’attraper cette grippe qu’ils ont tous adopté le gel hydroalcoolique ou du moins l’habitude d’un lavage des mains beaucoup plus fréquent, c’est le meilleur rempart contre les maladies de l’hiver ».