Consommer du sucre en excès augmente les risques de cancer du sein

ETUDE Plus de la moitié des souris qui ont suivi un régime enrichi en sucres ont développé des tumeurs mammaires...

20 Minutes avec agence

— 

Eliminer le sucre de son alimentation aurait de multiples bienfaits.
Eliminer le sucre de son alimentation aurait de multiples bienfaits. — OJO Images / Rex Featur/REX/SIPA

Nous savions que le sucre était facteur de maladies cardiovasculaires et d’obésité, ce que nous savions moins c’est qu’une alimentation riche en sucres ajoutés favorise le risque de développer des formes de cancer, et principalement les tumeurs mammaires.

En effet, une étude de l’université du Texas financée par le gouvernement américain vient d’étudier précisément le lien entre sucre et cancers. Pour ce faire, les chercheurs ont nourri, six mois durant, différents groupes de souris génétiquement modifiées avec une alimentation plus ou moins riche en amidon (glucide présent dans les végétaux), en saccharose (sucre blanc en poudre) ou en fructose (sucre naturel contenu dans les fruits).

>> A lire aussi : « Dealer de sucres », le compte Instagram qui lève le voile sur nos aliments du quotidien

Une production d’enzyme 12-LOX et celle d’acides gras 12-HETE boostée

Bilan : les rongeurs ont vu s'accélérer la croissance de leurs métastases pulmonaires. Mais, surtout, entre 50 et 58 % des souris qui avaient suivi un régime enrichi en saccharose et fructose (taux de sucre comparables à ceux associés au régime occidental) ont développé des tumeurs mammaires.

Pourquoi ? Selon les scientifiques, dont les travaux ont été publiés dans la revue Cancer Research, fructose et saccharose augmenteraient la production d’enzyme 12-LOX et celle d’acides gras 12-HETE dans les cellules cancéreuses. Deux facteurs possibles de l’évolution négative des cancers du sein.

>> A lire ici : Régime : Le « sans sucre » fait un carton

Suivre les recommandations de l’OMS

Ces résultats ont aussi montré que le fructose utilisé dans l’alimentation industrielle représentait un facteur de risque plus important parce qu’il augmente la production de 12-HETE dans les tumeurs mammaires et qu’il contribue à la propagation de la maladie vers les poumons. Cependant, il est important de souligner que cette étude n’a pas prouvé que le fructose naturellement contenu dans les fruits pouvait être délétère pour la santé.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconisait au printemps 2015 de ne pas dépasser 10 cuillères à café de sucre par jour, soit 50 grammes. Une recommandation partagée par ces chercheurs américains qui estiment aujourd’hui nécessaire une réduction de la consommation de sucre au quotidien.