La consommation régulière d'alcool associée au binge drinking est terrible pour le foie

ALCOOL C'est la conclusion de scientifiques américains...

20 Minutes avec agence

— 

«Binge drinking» dans les rues de Londres le 12 avril 2012.
«Binge drinking» dans les rues de Londres le 12 avril 2012. — Alastair Grant/AP/SIPA

Les effets néfastes de l’alcool sur le foie sont bien connus. Mais boire régulièrement tout en se laissant de temps en temps aller à une consommation d’alcool intense et rapide (binge drinking), voilà une combinaison particulièrement dangereuse.

Un tel comportement multiplie les atteintes au foie et peut, à terme, l’endommager suffisamment pour perturber son fonctionnement.

Des souris réparties en quatre groupes

Des scientifiques américains ont séparé des souris en quatre groupes : celles exposées à de l’alcool tous les jours, celles exposées à de grandes quantités d’alcool mais plus ponctuellement, celles exposées aux deux types de consommation et un dernier groupe non-exposé à l’alcool.

Par rapport à ce dernier, les effets de l’alcoolisation sur les deux premiers groupes se sont révélés modérés, comme le montrent les résultats de l’étude parus en novembre dans Biomolecules.

D’autres organes pourraient être affectés

En revanche, l’impact sur le troisième groupe, sur lequel étaient associés binge drinking et consommation régulière d’alcool, s’est avéré terrible pour le foie des souris : « la quantité des dépôts graisseux dans leur foie était encore plus choquante. Elle était environ 13 fois plus élevée que dans le groupe contrôle », note Shivendra Shukla, responsable de l’étude.

Avec pour conséquences des nécroses hépatiques et des changements métaboliques pouvant mener à un mauvais fonctionnement du foie. Pire, des organes différents seraient aussi affectés, touchant alors d’autres fonctions du corps.