Prix des médicaments: Le cri d'alarme des cancérologues français

MALADIE Pour la Ligue contre le Cancer, le prix des médicaments anticancéreux risque de plomber gravement le déficit de l'assurance maladie dans les années à venir…

Romain Scotto

— 

Cancer du sein. Photo d'illustration.
Cancer du sein. Photo d'illustration. — SERGE POUZET/SIPA

Le mouvement est né il y a quelques mois aux Etats-Unis. Après des années de dérives, une centaine de cancérologues américains ont lancé une alerte sur le coût exorbitant des médicaments contre le cancer. Trop chers, donc inutilisables pour soigner des malades non couverts par une assurance. En France, les spécialistes n’en sont pas encore là. Mais face à l’augmentation des coûts supportés par l’assurance maladie, la Ligue contre le Cancer prévoit des conséquences potentiellement dramatiques. « Il se joue la pérennisation de notre système de santé, l’équité entre les personnes, la vie ou la mort des malades de demain », tonne Jacqueline Godet, la présidente de Ligue.

Dans une récente étude, le Haut conseil pour l’avenir de l’assurance maladie évaluait à plus de 14 milliards d’euros le déficit en 2020. Soit quasiment le double de celui de 2013. Un chiffre expliqué en partie par l’explosion des maladies chroniques (6 millions de personnes concernées, avec une croissance de 2,5 % par an). Au cœur du problème figure la fixation des prix des médicaments, dénoncée par de plus en plus de cancérologues. Le processus reste opaque, parfois dénué de toute considération éthique.

Une transparence absolue sur les coûts de recherche et développement

« Les laboratoires font payer en fonction de ce que le marché peut supporter », regrette le professeur Jean-Paul Vernant, prenant l’exemple du Glivec (du laboratoire Novartis), dont le prix a été multiplié par trois en une dizaine d’années. Il cite aussi le Sovaldi (Gilead), un médicament très efficace pour soigner l’hépatite C. Son prix exorbitant s’expliquerait par les économies qu’il générerait en évitant cancers du foie, cirrhoses et greffes hépatiques. En réalité, la détermination du prix des médicaments innovants est fonction d’un rapport de force entre le laboratoire pharmaceutique et l’assurance maladie. Preuve en est, d’un pays à l’autre, les prix varient parfois de 1 à 10…

Pour lui et certains de ses collègues, il n’est donc pas acceptable de considérer la santé comme un secteur commercial lambda. « La liberté de fixation des prix des médicaments ne peut s’appliquer selon les mêmes critères qu’une voiture ou une montre de luxe », embraye le professeur Axel Kahn mettant en avant la notion de droit de l’homme. La fixation des prix doit être « plus honnête », avec une transparence absolue sur les coûts de recherche et développement, la justification numéro 1 des industriels. Les marges bénéficiaires des labos ne doivent pas excéder 6 % à 7 %. Et les prix des produits innovants doivent être immédiatement indexés sur ceux des génériques. « Là, on aurait une définition éthique », clame Jean-Paul Vernant.

Dans ce contexte, la Ligue contre le Cancer envisage de créer un observatoire indépendant destiné à vérifier l’équité d’accès aux soins entre les patients. D’autant que le fossé existe déjà selon Jean-Paul Vernant : « On sait que les chances de guérison ne sont pas les mêmes au nord de la France qu’ailleurs » Un site Internet sera également lancé afin de garantir la transparence sur la fixation des prix des médicaments et les conflits d’intérêts entre décideurs, médecins et les industriels. Un problème majeur qui explique en partie l’immobilisme des personnels médicaux concernés sur le sujet depuis plusieurs années.