Dengue: Sanofi lance un premier vaccin au Mexique

VACCIN Le Dengvaxia protège 66 % des individus vaccinés âgés de 9 ans et plus et pourrait générer plus d'un milliard de revenus par an pour son concepteur...

20 Minutes avec agences

— 

Le moustique aedes aegypti est le principal vecteur du virus de la dengue
Le moustique aedes aegypti est le principal vecteur du virus de la dengue — AP/SIPA

Sa mise au point a pris 20 ans et coûté 1,5 milliard d’euros d’investissements. Sanofi Pasteur a décroché mercredi 9 décembre, au Mexique, la première autorisation de mise sur le marché de son vaccin pour la prévention de la dengue, le Dengvaxia.

Le vaccin protège 66 % des individus âgés de 9 ans et plus (93 % pour la dengue hémorragique), et évite à 80 % le risque d’hospitalisation pour la dengue, selon les résultats des études cliniques, qui ont concerné plus de 40.000 personnes dans 15 pays.

400 millions de nouvelles infections chaque année

Plusieurs millions de doses sont déjà prêtes pour des livraisons rapides, et Sanofi Pasteur vise une capacité annuelle de production de 100 millions de doses à partir de 2017.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la dengue est la maladie transmise par les moustiques dont l’expansion mondiale est actuellement la plus rapide, avec près de 400 millions de nouvelles infections chaque année.

Dengue hémorragique : 22.000 décès par an 

Environ 4 milliards de personnes y sont potentiellement exposées en Amérique latine et centrale, Afrique et Asie-Pacifique. Susceptible d’entraîner une forte fièvre incapacitante, la dengue engendre aussi des douleurs osseuses et articulaires. La forme sévère de la maladie, la dengue hémorragique, tue 22.000 personnes par an, selon l’OMS.

D’ici la fin du mois, Sanofi Pasteur aura déposé des demandes d’autorisation du Dengvaxia dans 20 pays, totalisant 2 milliards de personnes, selon son PDG, Olivier Charmeil.

Le vaccin pourrait générer 1 milliard de dollars de revenus par an

« Nous attendons d’autres enregistrements en Asie et en Amérique latine dans les prochaines semaines », a précisé Olivier Charmeil. Un dépôt pour l’Union européenne est prévu début 2016 et pour les États-Unis courant 2017, a ajouté le responsable.

« Ce vaccin a potentiellement un statut de blockbuster », c’est-à-dire qu’il pourrait générer à terme plus d’un milliard de dollars de revenus par an, a reconnu Olivier Charmeil.

Si d’autres groupes pharmaceutiques développent aussi des vaccins contre la dengue, comme l’américain Merck, le japonais Takeda ou le britannique GSK, ils sont encore loin d’arriver sur le marché.