Greffes rénales: L'accès à la liste d'attente jugé inéquitable

MEDECINE La Haute autorité de santé a publié une série de recommandations alors que le nombre de greffes de rein reste largement insuffisant face à la demande...

20 Minutes avec agences

— 

Une équipe médicale en train de réaliser une greffe de rein à l'Hôpital Cochin à Paris.
Une équipe médicale en train de réaliser une greffe de rein à l'Hôpital Cochin à Paris. — F.DURAND/SIPA

L’application de certaines mesures pourrait permettre d’améliorer l’accès à la liste d’attente nationale de greffe rénale, qui compte 12.000 personnes inscrites alors que seulement 3.000 greffes sont réalisées chaque année.

C’est le constat que tire la Haute autorité de santé (HAS), un organisme public indépendant chargé de réaliser des évaluations et recommandations en matière de soins, qui a publié ses recommandations ce mercredi sur son site internet.

Favoriser un accès équitable

« L’objectif est de favoriser un accès équitable et juste à la liste d’attente, sur des critères scientifiques, pour offrir à chaque malade une chance d’obtenir un greffon », explique la HAS, qui relève au passage que les pratiques d’inscription varient fortement entre les régions, avec des délais d’inscription beaucoup trop longs par endroits.

Par ailleurs, des patients se voient refuser l’inscription en raison de leur âge ou de maladies telles que le diabète ou l’obésité, alors que ces refus ne sont, selon la HAS, pas toujours justifiés.

>> A lire aussi : Des chercheurs américains recréent un rein fonctionnel en laboratoire

Plus surprenant encore, les femmes ont 30 % de chances en moins que les hommes d’être inscrites sur la liste d’attente à « âge, maladies associées et statut professionnel égaux ». Il faut cependant noter que le taux de femmes présentant une insuffisance rénale terminale est sensiblement moins important que celui des hommes.

76.000 personnes malades du rein au stade terminal

Dans ses recommandations, la HAS estime que les patients de moins de 85 ans devraient pouvoir être inscrits sur la liste d’attente à l’avenir, sauf s’ils présentent certaines contre-indications, tout comme les diabétiques ou la grande majorité des obèses. La HAS évalue à 1.800 le nombre de patients non inscrits sur la liste d’attente alors qu’ils répondent aux nouveaux critères.

Quelque 76.000 personnes souffrent d’une maladie rénale au stade terminal en France. En 2014, 3.232 greffes rénales ont été réalisées. Mais le nombre de nouvelles greffes rénales réalisées chaque année reste largement insuffisant pour répondre à la demande.