Moustique tigre: Le virus qu'il transmet provoquerait des malformations chez les bébés

VIRUS Le lien a été établi par le ministère brésilien de la Santé...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration d'un moustique tigre.
Illustration d'un moustique tigre. — Noriaki Sasaki/AP/SIPA

Le virus Zika, transmis par le moustique tigre, également vecteur du chikungunya et de la dengue, serait aussi responsable de malformations de la tête (microencéphalies) chez les bébés, rapporte le site Pourquoi Docteur.

La microencéphalie, maladie congénitale, se traduit par un diamètre de la tête inférieur à la normal, entraînant une altération du développement intellectuel.

739 cas de microencéphalie au Brésil en 2015

Le ministère brésilien de la Santé a confirmé cette hypothèse après la découverte par les autorités de santé de la présence du virus chez un nourrisson décédé, qui était né avec une microencéphalie et d’autres maladies génétiques.

Cette année, 739 cas suspects de microencéphalie ont été identifiés au Brésil, un chiffre bien supérieur à l’année précédente, où seulement 147 cas avaient été recensés.

Une autre étude va dans le même sens

Quelques jours auparavant, des chercheurs français avaient également publié dans la revue Neurology une étude révélant un nombre anormalement élevé d’infections cérébrales parmi les 300.000 personnes touchées par le virus du chikungunya lors de l’épidémie sur l’île de la Réunion en 2005-2006.

Sans pour autant établir de lien de causalité, ils ont détecté chez ces personnes une prévalence anormalement élevée d’encéphalites (inflammation de l’encéphale, constitué du cerveau, du tronc cérébral et du cervelet).

>> A lire aussi : Schiltigheim : Le moustique tigre s’installe sur une partie de la ville

Ainsi, trois ans après avoir été diagnostiquées, 57 personnes étaient atteintes d’un chikungunya associé à une maladie du système nerveux, dont 24 à une encéphalite, un chiffre relativement élevé par rapport à la population générale. Chez les enfants l’encéphalite associée au chikungunya concernait même 187 cas pour 100.000 et 37 pour 100.000 chez les personnes âgées.