Les Français ont réduit leur conso de charcuterie et de viande rouge

EXCLUSIF Une étude de YouGov pour 20 Minutes pointe les conséquences du rapport alarmant de l'OMS

L.B.
— 
La charcuterie et les viandes accusées de favoriser le cancer
La charcuterie et les viandes accusées de favoriser le cancer — Abder Zouina, Fabien Novial, FREDERIC James AFPTV

Les Français font du boudin. Un mois après avoir appris que l’OMS classait la charcuterie parmi les produits cancérogènes, 31,1% de nos compatriotes déclarent avoir réduit leur consommation de cochonnailles. L’étude menée pour 20 Minutes par YouGov France (sur un échantillon de 1003 personnes) révèle également que 5,3% des sondés ont carrément arrêté d’en consommer. A quelques jours de la reprise de la saison de la raclette, et malgré les moqueries que l’annonce de l’OMS avait suscitées sur les réseaux, c’est la preuve que les Français ont entendu la mise en garde de l’Organisation mondiale.

La viande rouge, dont la consommation, est toujours d’après l’OMS, « probablement » cancérogène, serait affectée dans des proportions similaires. Un peu moins de 4% des sondés affirme avoir arrêté d’en manger mais 28,3% reconnaissant avoir réduit leur consommation.

Ces baisses de consommation font suite, selon le sondage, à la publication de l’étude du Centre international de recherche sur le Cancer, une agence de l’OMS qui a analysé 800 études avant de classer la viande transformée dans la liste des produits cancérogènes.

D’après l’organisme indépendant Global Burden of Disease Project, 34 000 décès par an liés à un cancer seraient imputables à un excès de consommation de charcuterie. Des chiffres très en deçà, cependant, de ceux liés au tabagisme ou à la consommation d’alcool.

Il n’empêche que les Français ne semblent pas prendre ce rapport à la légère. Dernier enseignement à tirer de l’étude YouGov pour 20 Minutes : les parents s’inquiètent pour leurs enfants. Près d’un quart (24,5% pour être précis) des interrogés déclarent surveiller davantage l’alimentation de leurs rejetons depuis la déclaration de l’OMS

Mention spéciale pour la petite minorité de frondeurs (5,1%) qui déclarent être moins vigilants sur l’alimentation de leurs enfants depuis qu’ils savent que la charcuterie est classée cancérigène.  De là à dire qu’ils prennent les sondeurs pour des jambons…