Plus d'un Français sur trois ne se lave pas les mains en sortant des toilettes

HYGIENE Le manque d'hygiène des mains peut pourtant avoir des conséquences directes sur la santé...

Anissa Boumediene

— 

Image d'illustration d'un lavage de mains.
Image d'illustration d'un lavage de mains. — CLOSON DENIS/ISOPIX/SIPA

Des cacahuètes à l’urine. Voici la recette peu ragoûtante servie dans de nombreux bars, à en croire l’étude relayée par le Dr Frédéric Saldmann dès 1997, et qui révélait la présence de 14 traces d’urine différentes sur ces petits bols d’arachides mis à disposition des clients.

La cause : une mauvaise hygiène des mains. Or, un sondage* publié ces derniers jours par BVA révèle que seuls 62 % des Français se lavent les mains en sortant du petit coin. Ce qui laisse donc plus d’un Français sur trois fâché avec le savon. Pourtant, ne pas se laver les mains a une incidence directe sur la santé.

>> Quand faut-il se laver les mains?

La moitié des maladies évitable

« On porte les mains à la bouche au moins deux fois par heure. Lorsqu’on ne se lave pas les mains, surtout en sortant des toilettes, on a des germes sur les mains et cela augmente de 30 % les risques d’infections respiratoires et digestives », avertit le Dr Frédéric Saldmann, auteur de Prenez votre santé en main ! (Albin Michel).

Et pour cause, près de 70 % des microbes sont transmis par les mains et quasiment la moitié des maladies (47 %) pourraient être évitées par un bon lavage des mains. Gastro, rhume, bronchite ou encore grippe : ces affections se propagent comme une traînée de poudre notamment en raison d’une mauvaise hygiène des mains. « Se laver les mains est un geste élémentaire de santé », rappelle le médecin. Mais la France, mauvaise élève, n'est qu'en 50e position des pays où l'on se lave le plus les mains, sur un total des 63 pays testés.

Réduire la mortalité grâce au lavage des mains

Pourtant, à l’instar du vaccin, une bonne hygiène des mains peut sauver des vies. ​Selon une étude menée par l’Institut du Bien Vieillir Korian auprès de 27 EPHAD en France, le lavage des mains permettrait de réduire de 30 % la mortalité dans les maisons de retraite médicalisées. « Plus on avance en âge et plus on est sensible aux germes », précise le Dr Saldmann.

Accès renforcé aux gels hydro-alcooliques, éducation du personnel et campagne de sensibilisation : les maisons de retraite qui ont appliqué pendant un an cet ensemble de mesures d’hygiène ont présenté un taux de mortalité bien inférieur aux autres. En 2015, le ministère de la Santé a d'ailleurs renouvelé son engagement auprès de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour encourager l’implication des patients et des professionnels de la santé dans la promotion de meilleures pratiques d’hygiène des mains.

* En France, le sondage a été réalisé par l’institut BVA par Internet du 20 au 23 octobre auprès d’un échantillon de 1.000 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.