Des médicaments bons pour le diabète mais mauvais pour le cœur

SANTE La prise d'Avandia ou d'Actos accroît les risques d'insuffisance cardiaque de 100%...

— 

 
  — no credit

Un effet secondaire gênant. Deux médicaments largement utilisés pour traiter des diabètes tardifs pourraient doubler les risques d'insuffisance cardiaque, selon une étude publiée jeudi dans la revue «Diabetes Care».

Risques pour n’importe quel madade

Cette étude dirigée par Sonal Singh, professeur en médecine interne au Centre médical baptiste de l'Université Wake Forest (Caroline du Nord), a été menée auprès de 78.000 patients soignés pour des diabètes de type II avec de l'Avandia ou de l'Actos. Elle montre que la prise de ces médicaments accroît les risques d'insuffisance cardiaque de 100% et qu'un malade sur 50 traités sur une période de 26 mois en souffrira.

Depuis la mise sur le marché de ces médicaments, leurs fabricants ont mis en garde les patients à risque ou avec des antécédents cardiaques, et averti que les malades qui associent ces médicaments à de l'insuline ont davantage de risques de complication. Mais, selon l'étude publiée par Diabete Cares, ces effets négatifs se produisent aussi sur des patients ne présentant aucun risque, et même sans association d'insuline, ainsi que sur de jeunes patients et ce quel que soit le dosage.

Complications après 24 semaines de traitement

En moyenne, les malades développent ce type de complication à peine 24 semaines après le début du traitement, rapportent les auteurs de l'étude. GlaxoSmithKline, qui commercialise Avandia aux Etats-Unis depuis 1999 et en Europe depuis 2000, a minimisé ces découvertes. «Les risques d'insuffisance cardiaque chez les diabétiques, et notamment lorsqu'ils utilisent ces médicaments, sont bien connus et clairement identifiés dans les informations de prescription fournies aux médecins», a déclaré la société dans un communiqué. Takeda Pharmaceutical, qui commercialise Actos, n’a pas réagi.