EBay: Un rein à vendre pour promouvoir le don d'organe

WEB La vente d'organes reste bien évidemment interdite...

20 Minutes avec agence
— 
Le logo eBay devant le siège du groupe à San José, en Californie, en 2005
Le logo eBay devant le siège du groupe à San José, en Californie, en 2005 — Hector Mata AFP

Sur Ebay, le mois dernier, une curieuse annonce éphémère a intrigué les visiteurs du site de ventes aux enchères. Postée par une internaute se présentant comme Isabelle, « chômeuse de longue durée et mère célibataire de deux enfants », celle-ci mettait en vente… un rein. Prix de départ : 20.000 euros.

eBay a bloqué l’annonce moins de 24 heures après sa mise en ligne

Moins de 24 heures après sa mise en ligne, eBay bloquait l’annonce, et ce pour deux raisons. Un, la vente d’organes est punie par la loi en France, et deux, il s’agissait là d’une fausse annonce. C’est en effet la fédération des Associations pour le Don d’Organes et de Tissus humains (Adot) qui a publié cette offre, souhaitant, par cette action choc, promouvoir le don d’organe, alors que la Journée mondiale du don d’organe avait lieu à la même période : le 17 octobre dernier.

Une fois l’annonce retirée, France Adot a pu continuer de capitaliser sur une action, en faisant de celle-ci l’illustration de sa nouvelle campagne de sensibilisation. « Si on ne choque pas les gens, ils ne réagissent pas, lance Marie-Claire Paulet, la présidente de la fédération France Adot. Nos dernières campagnes, très lisses, n’ont pas fait bouger les choses. »

19.000 patients français attendent chaque année la greffe un organe

« Bouger les choses », c’est-à-dire pousser les gens à agir, et plus précisément ceux qui ne se sont jamais positionné sur la question, autrement dit ceux qui n’ont jamais demandé leur carte de donneur d’organes, ou, au contraire, inscrit leur nom sur le registre national des refus. « C’est à eux que nous voulons nous adresser aujourd’hui, reprend la dirigeante, cité par le Huffington Post. Pour qu’ils aident leur famille, qui ne saura peut-être pas quoi faire un jour. »

L’association rappelle que plus de 19.000 patients français attendent chaque année la greffe un organe, qu’un tiers seulement l’obtient, et que près de 500 d’entre eux décèdent avant d’avoir été appelés.