Le venin de scorpion utilisé pour localiser les tumeurs cancéreuses

TRAITEMENT Un chercheur de Seattle utilise le venin comme « révélateur » des cellules du cancer…

R.S.

— 

Un scorpion au London Pet Show, en mai 2014.
Un scorpion au London Pet Show, en mai 2014. — Paul Brown/REX/REX/SIPA

Non, le venin de scorpions n’est pas forcément mortel pour l’homme. Il peut même le sauver, à en croire la technique de détection des cancers mise en place par un chercheur du centre de recherche sur le cancer de Seattle. Selon le Guardian, Jim Olson a mis au point un protocole de repérage des tumeurs, baptisé « peinture de la tumeur » en injectant un produit à base de venin dans l’organisme du patient.

En circulant, ce médicament « illumine » les cellules cancéreuses sur lesquelles il se fixe, notamment dans le cerveau. Le travail des chirurgiens est donc facilité pour soigner une tumeur ou des cellules touchées.

Cinq essais humains réalisés

Le pouvoir luminescent du venin est dû à la présence d’un composé chimique appelé chlorotoxine. Introduite dans les veines du patient, elle traverserait la barrière hémato-encéphalique, pour se diriger vers la tumeur. « Je me disais que s’il devait y avoir une créature qui puisse envoyer des molécules dans le cerveau, ce serait le scorpion parce qu’il a besoin de paralyser ses proies, explique le scientifique au Guardian. Donc, nous avons fait grandir une tumeur humaine sur le dos d’une souris. Nous avons lié la toxine du scorpion à un marqueur fluorescent et injecté le produit dans la souris. »

Deux heures plus tard, la tumeur a changé de couleur. Après d’autres essais concluants effectués sur des chiens, l’équipe de Jim Olson a reçu l’approbation pour tester ces peintures tumorales sur des sujets humains. Cinq essais ont déjà été réalisés. D’autres recherches sont menées sur le foie ou la rate. A terme, cette technique de marqueur pourrait non seulement aider les chirurgiens à localiser les tumeurs, mais aussi à les soigner par injection d’un produit anticancéreux, éliminant ainsi le besoin de chirurgie.