Des traces de désherbant trouvées dans les tampons?

HYGIÈNE INTIME Une étude argentine révèle que 85 % des tampons et serviettes hygiéniques comportent des traces de glyphosate...

R.S.

— 

Un tampon applicateur
Un tampon applicateur — commons.wikimedia.org

Oubliez quelques minutes la viande rouge et la charcuterie. Le produit étiqueté « cancérogène » du jour pourrait se trouver dans les tampons hygiéniques. Ouest France relaye mercredi l’étude publiée par des chercheurs argentins sur le sujet. Selon eux, des traces de glyphosate auraient été décelées dans 85 % des tampons et serviettes hygiéniques. Problème, cette substance herbicide est classée par l’OMS comme « probablement cancérogène. »

Des traces de ce produit auraient également été retrouvées dans les cotons et compresses classiques selon Damian Marino, l’un des auteurs de l’étude. Aucune marque n’est ciblée en particulier. Mais en parallèle, un médecin français précise que lors d’un test urinaire pratiqué au CHU de Montpellier, 43 % des personnes présentaient des traces de glyphosate, « au moins à l’état de traces. »

Une pétition pour connaître la composition des tampons

La contamination émanerait le plus souvent de l’ingestion d’aliments traités aux désherbants. La culture du coton étant souvent issue d’OGM en Argentine, l’origine du produit ne serait pas difficile à trouver.

Du côté des fabricants, la composition des tampons reste un sujet tabou. Aucun d’entre eux n’accepte de livrer les secrets de fabrication de ces produits intimes, malgré la pression des associations de consommateurs ou des particuliers. Récemment, une Française a lancé une pétition sur le site Change.org pour demander à la marque Tampax de dévoiler la composition de ses produits sur les emballages. Malgré plus de 64.000 signatures, la demande est pour l’heure sans réponse.