Tabac: 20 grammes de miel au quotidien prévenir les maladies cardiovasculaires

ETUDE Les vertus antioxydantes du miel seraient particulièrement efficaces contre les risques cardiovasculaires auxquels s'exposent les fumeurs...

20 Minutes avec agence

— 

Faux étiquetage, trafic sur l'origine, ajouts de sirop de sucre: environ 10% du miel contrôlé et commercialisé en France est frauduleux, selon le Centre d'études techniques apicoles de Moselle (Cetam), seul laboratoire français indépendant de contrôle du miel.
Faux étiquetage, trafic sur l'origine, ajouts de sirop de sucre: environ 10% du miel contrôlé et commercialisé en France est frauduleux, selon le Centre d'études techniques apicoles de Moselle (Cetam), seul laboratoire français indépendant de contrôle du miel. — Eric Feferberg AFP

Les méfaits du tabagisme pourraient-ils être atténués par les vertus du miel ? C’est ce que suggèrent les résultats obtenus par des chercheurs malaisiens qui ont passé à la moulinette les propriétés antioxydantes du nectar ambré.

Selon ces scientifiques, le vieillissement des cellules cardiaques, provoqué par le tabac et à l’origine des pathologies cardiovasculaires, pourrait ainsi être ralenti par l’introduction des molécules antioxydantes contenues dans le miel.

Diminuer leur stress oxydatif, élément impliqué dans maladies cardiovasculaires

Pour en arriver à cette conclusion, les experts ont étudié l’effet d’une consommation quotidienne de miel de Tualang pendant douze semaines par une soixantaine de volontaires fumeurs. Des prises de sang ont été réalisées sur les participants à l’étude avant et après l’expérience afin de suivre l’évolution de leurs taux d’antioxydants, et il est ainsi apparu que ces fumeurs ayant consommé 20 grammes de miel par jour présentaient des taux d’antioxydants plus encourageants qu’au début de l’étude.

« Nos résultats suggèrent que le miel peut être utilisé comme complément chez les personnes exposées aux radicaux libres tels que les fumeurs actifs ou passifs pour les protéger ou réduire leurs risques de développer des maladies cardiovasculaires », concluent alors les auteurs de cette étude, qui estiment, dans leur rapport publié dans le journal Toxicological & Environmental Chemistry, que le miel peut désormais être consommé par les fumeurs pour diminuer leur stress oxydatif, élément impliqué dans les infarctus du myocarde, les accidents vasculaires cérébraux, ou encore les maladies coronariennes.