Bientôt une pilule pour remplacer le sport?

SCIENCE Le médicament pourrait, à terme, être prescrit aux personnes souffrant d'obésité ou de diabète...

20 Minutes avec agence
— 
Une salle de sport à Paris.
Une salle de sport à Paris. — JOBARD/SIPA PRESS

Rester mince sans avoir à transpirer à la salle de sport, un rêve qui pourrait bientôt devenir réalité si l’on en croit les conclusions d’une étude publiée jeudi dernier dans la revue Cell Metabolism.

Dans les faits, des scientifiques des universités de Sydney et Copenhague sont parvenus à établir une cartographique des réactions internes du corps humain (en se concentrant sur les changements des tissus musculaires squelettiques) qui se produisent lorsque l’on pratique une activité physique. Au total, près de 1.000 changements moléculaires ont été recensés.

« Nous avons réalisé une esquisse de cette activité qui jettera les bases des futurs traitements, le but final étant de reproduire les effets de l’exercice physique. Nous savons depuis longtemps qu’il existe beaucoup de signaux suscités par l’exercice, mais nous étions les premiers à créer cette carte et nous connaissons désormais leur complexité. » explique le docteur Nolan Hoffman, chercheur à l’université de Sydney et auteur de l’étude, cité par Slate.

>> A lire aussi : Bientôt, une pilule pour remplacer le sport ?

Pour mettre au point ce schéma, les chercheurs ont observé les réactions du corps humain de quatre patients après un exercice physique de dix minutes. Pour ce faire, ils ont réalisé une biopsie musculaire avait été réalisée avant le début ainsi qu’à la fin de l’activité physique.

Un traitement qui pourrait voir le jour dans une dizaine d’années

Malgré cette avancée (fruit de trois ans de travail) qui permet de mieux comprendre le fonctionnement du corps humain, il faudra patienter au moins une dizaine d’années avant d’assister au développement d’un tel médicament, qui pourrait faire figure de traitement pour les patients souffrants de diabète ou d’obésité.