Sexualité: Taille et poids influencent le nombre de partenaires

ETUDE Les grands peuvent conclure 1 à 3 fois plus que les petits...

20 Minutes avec agence

— 

Les analystes politiques s'accordent à le dire: il est essentiel de choyer les femmes lors d'une campagne présidentielle aux Etats-Unis, car celles-ci représentent non seulement 53% de l'électorat, mais elles votent aussi en plus grand nombre que les hommes et constituent une plus large part d'électeurs indécis --et par conséquent clés.
Les analystes politiques s'accordent à le dire: il est essentiel de choyer les femmes lors d'une campagne présidentielle aux Etats-Unis, car celles-ci représentent non seulement 53% de l'électorat, mais elles votent aussi en plus grand nombre que les hommes et constituent une plus large part d'électeurs indécis --et par conséquent clés. — Mladen Antonov afp.com

On s’en doutait un peu, mais rien de tel qu’une étude scientifique pour rappeler et entériner les fondamentaux. Les hommes de taille moyenne à très grands sont donc bel et bien plus attirants sexuellement que les petits. Les femmes plutôt grandes ont, elles aussi, une longueur d’avance « sur le marché de l’accouplement ».

Huit partenaires en moyenne avant leurs 44 ans

Si l’expérience nous a aidés à faire le point sur nos chances, des chercheurs de la Chapman University en Californie (États-Unis) sont donc, eux, allés plus dans le détail. Pour ce faire, ces scientifiques ont donc interrogé 60.058 volontaires hétérosexuels, parmi lesquels 52 % d’hommes et 48 % de femmes, âgés en moyenne de 37 ans. La taille, le niveau d’éducation, l’âge et l’indice de masse corporelle (IMC) ont été intégrés comme indicateurs principaux dans l’histoire sexuelle personnelle de chacun.

Seins, taille du pénis, poils… Cinq idées reçues en matière de sexualité

Les résultats, publiés ce mercredi dans la revue Evolutionary Psychology, indiquent que les participants âgés de 30 à 44 ans avaient eu en moyenne 8 partenaires depuis le début de leur vie sexuelle. 58 % des hommes et 56 % des femmes volontaires indiquaient en avoir plus de 5, tandis que pour 29 % des hommes et 23 % des femmes, ce nombre s’élevait à plus de 14.

« La taille est un critère pertinent sur le marché de l’accouplement »

La taille et l’indice de masse corporelle mis en relation avec ce nombre d’amants, il s’avère ainsi que les hommes de petite taille avaient eu moins de 5 partenaires. Au contraire, ceux de taille moyenne ou grande avaient « conclu » 1 à 3 fois plus que leurs copains plus petits.

Les hommes stressés préfèrent les rondes

« Ces résultats indiquent que la taille est un critère pertinent sur le marché de l’accouplement », affirme donc David Frederick, l’auteur principal de cette étude. Pour autant, le chercheur ne dispose pas d’explications scientifiques claires pour établir ce lien, si ce n’est le constat que les femmes sont souvent attirées par les hommes plus grands qu’elles.

Ces hommes de forte corpulence « perçus comme plus puissants »

Enfin, joli lot de consolation pour les costauds : les hommes de corpulence « normale » et ceux en léger surpoids rapportaient un nombre plus élevé de partenaires sexuels, contrairement à ceux en insuffisance pondérale. Les hommes de forte corpulence, « perçus comme plus puissants et généralement plus sportifs », comptent le plus de partenaires sexuelles, rapporte, en effet, le chercheur.

Idem chez les femmes. Contrairement aux idées reçues, ces demoiselles trop maigres, qui peuvent être « très peu satisfaites de leur poids ou souffrir d’anorexie et donc être peu motivées à afficher leur corps maigre », dixit David Frederick, « recensent » le moins d’aventures sexuelles.