Méningite: 240 familles victimes d'un vaccin défectueux devant la justice

JUSTICE Il aura fallu deux ans pour retirer de la vente les 21 lots défectueux qui contenaient des résidus de métaux lourds…

20 Minutes avec agences

— 

Des vaccins de Meningitec à   Clermont-Ferrand, le 16 janvier 2002
Des vaccins de Meningitec à Clermont-Ferrand, le 16 janvier 2002 — Philippe Merle AFP

Une affaire qui pourrait exacerber le sentiment de méfiance à l’égard des vaccins. 240 familles qui ont assigné le distributeur français du Meningitec (vaccin contre la méningite) comparaissent ce mardi devant le tribunal de grande instance (TGI) de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme)

Des effets secondaires persistants

Venues de toute la France, les familles, dont trente-deux avaient lancé la procédure en août dernier, reprochent au laboratoire CSP (Centre Spécialités Pharmaceutiques), situé à Cournon-d’Auvergne (Puy-de-Dôme), d’avoir acheminé des seringues contenant du vaccin Méningitec, défectueuses car contenant des résidus de métaux lourds.

En effet, des analyses capillaires ont permis de détecter des concentrations de plomb, étain, silicium et aluminium dans les cheveux des personnes vaccinées. Ces dernières, dont de très nombreux enfants, souffriraient depuis de symptômes persistants (diarrhées aiguës, nausées, irritabilité, fortes poussées de fièvre, troubles du sommeil, éruptions cutanées…).

Produits ​par le laboratoire américain Nuron Biotechen en 2012, les lots défectueux concernés (au nombre de 21), ont été retirés à la vente à partir du 25 septembre 2014, à la demande de l’Agence nationale du médicament et des produits de santé (ANSM).

« On va demander au cours de cette audience des expertises pour chaque enfant », a déclaré Me Emmanuel Ludot, qui défend 80 familles, avant une deuxième audience, prévue le 20 octobre.

« Les métaux lourds, on ne s’en débarrasse pas comme ça »

« Quand mon médecin me l’a prescrit pour ma fille, alors âgée d’un an, je lui ai fait confiance », a raconté Coralie, une mère de famille habitant la région rennaise, qui viendra ce mardi à l’audience avec d’autres parents.

Le vaccin a provoqué chez la fillette des réactions en chaîne. Sa mère explique : « Je me suis retrouvée toute seule avec mes inquiétudes. J’ai appelé mon médecin, mon pharmacien, ils n’étaient pas au courant. Le laboratoire ne m’a pas non plus donné plus de réponses. »

« Encore hier, ma fille (aujourd’hui âgée de 2 ans et demi), pleurait à chaudes larmes, pliée en deux, à cause de migraines abdominales, dont on ne connaît pas l’origine », a déclaré Coralie, qui a retrouvé sur la toile d’autres parents de victimes. « On est très inquiets. Les métaux lourds, on ne s’en débarrasse pas comme ça. Quand on démarre sa vie à 2 ans avec des métaux lourds dans le corps, je me demande quelles seront les conséquences pour ma fille dans 10 ans », s’est-elle alarmée.

Un « scandale sanitaire » pour l’avocat des familles

Pour Me Ludot, cette affaire est un véritable « scandale sanitaire ». « Il y a eu dans ce dossier des failles à tous les niveaux, des pharmaciens en passant par les laboratoires, les autorités sanitaires. Tout le monde a été curieusement négligent », a affirmé cet avocat du barreau de Reims qui s’interroge : « Comment expliquer que ce vaccin ait été encore prescrit trois mois après le retrait théorique des lots défectueux. »

D’après lui, le distributeur auvergnat n’est que « le premier maillon d’une longue chaîne ». Il ajoute : « Dans ce dossier, il y a d’abord le problème de la vente de ce vaccin : des pharmaciens ont continué à le vendre alors qu’ils étaient informés de son retrait. Il y a eu aussi des retards dans l’alerte pour des raisons économiques évidentes. Les vaccins frelatés étaient connus depuis au moins un an (…) « Ce n’est pas une erreur de manipulation qui est en cause, mais le vaccin lui-même. Il semble bien que ce dernier, qui est d’ailleurs depuis retiré du marché, comportait des nanoparticules. »

D’autres procédures judiciaires liées à ce même vaccin sont également en cours en Italie, au Brésil, en Australie et en Nouvelle-Zélande.