États-Unis: 18 % des lycéens vapotent du cannabis

MONDE Moins d'odeurs et plus d'effets, la cigarette électronique a quelques avantages pour les fumeurs de joints...

20 Minutes avec agence

— 

Parallèlement à l'essor de la cigarette électronique, "vapoter", "vapotage" et "vapoteur" font leur entrée dans Le Petit Robert 2015
Parallèlement à l'essor de la cigarette électronique, "vapoter", "vapotage" et "vapoteur" font leur entrée dans Le Petit Robert 2015 — Kenzo Tribouillard AFP

La cigarette électronique, déjà prisée des ados (1), serait devenue un moyen détourné pour consommer du cannabis notamment aux Etats-Unis où près d’un lycéen américain sur cinq (18 %) serait concerné, selon une étude parue ce lundi dans la revue Pediatrics relayée par l’agence Reuters.

Les travaux (*) des chercheurs de Oberlin College (Ohio) laissaient ainsi apparaître que les plus jeunes étaient largement plus susceptibles que les adultes de s’adonner à la pratique, qui consiste à utiliser de l’huile de haschich ou de la cire infusée au THC (le Tétrahydrocannabinol, la substance active de la plante) pour vapoter. Une tendance observée chez les filles autant que chez les garçons, les facteurs socio-économiques n’ayant pas non plus d’impact sur les résultats.

Une forme vaporisable qui rend la substance plus puissante

Citée par Le Figaro, Megan Morean, qui a mené l’étude se montre surprise par les résultats : « Nous ne nous attendions pas à trouver des résultats si élevés, mais compte tenu de la popularité de l’e-cigarette et de l’ingéniosité des adolescents ce n’était qu’une question de temps avant qu’ils n’associent les deux ». D’autant qu’associer e-cigarette et cannabis aurait surtout des avantages. Ce mode de consommation occasionne certes moins d’odeur, puisque « la vapeur sent moins fort que la fumée des joints » rappelle la chercheuse, mais elle ajoute que « les formes vaporisables de cannabis sont souvent plus puissantes que le cannabis que l’on fume ».

Interrogé par le quotidien, Xavier Laqueille, professeur d’addictologie à l’hôpital Saint-Anne (Paris) préfère ne pas s’alarmer expliquant qu’en France, le vapotage de cannabis serait marginal en France, se résumant à « un ou deux cas sur toute l’activité du service [de son établissement] ».


(1) Selon le Centre pour le contrôle et la prévention des maladies américain, près de 2 millions d’élèves du secondaire (premier cycle) et du lycée ont essayé la cigarette électronique en 2014, un chiffre qui a triplé par rapport à 2013.

(*) Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont questionné 3.847 adolescents de du Connecticut, état de l’est américain autorisant le cannabis thérapeutique.