Urgences: Sept patients sur dix attendent moins d'une heure avant d'être soignés

MEDECINE La prise en charge est plus rapide quand l'état du patient est grave selon une étude menée en juin 2013 dans 738 services d'urgences...

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration des urgences de l'hôpital Edouard Herriot à Lyon.
Illustration des urgences de l'hôpital Edouard Herriot à Lyon. — Elisa Frisullo / 20 Minutes

Sept patients sur dix attendent moins d'une heure entre leur arrivée aux urgences et le début des soins, révèle jeudi une étude de la Drees menée en juin 2013. Cette prise en charge est d'autant plus rapide que l'état de la personne, notamment si elle a été amenée par les pompiers ou le Smur (service mobile d'urgence et de réanimation), est jugé grave, précise la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) qui a effectué cette enquête en se basant sur les patients reçus dans les 738 structures d'urgences hospitalières de France et des DOM le 11 juin 2013.

Diviser par deux le temps d’attente aux urgences parisiennes, le pari ambitieux de Martin Hirsch

Fortes disparités selon les actes reçus

A contrario, les patients âgés, ceux qui présentent des motifs liés à la dermatologie, à la rhumatologie ou à la traumatologie attendent plus longtemps le début des soins, révèle l'enquête. La moitié des patients qui ne sont pas hospitalisés à l'issue de leur passage aux urgences restent moins d'une heure et 52 minutes dans le service, même si, parmi ces personnes, de fortes disparités existent suivant les actes techniques reçus.

Dans un cas sur dix le patient attend presque quatre heures

Une simple consultation sans acte se traduit pour la moitié des patients à une attente de moins d'une heure et quart, alors qu'une radiographie standard augmente le passage d'une demi-heure. Enfin, la moitié des patients qui sont hospitalisés à l'issue de leur passage aux urgences, trouvent un lit en moins de 15 minutes, mais dans un cas sur dix il faut attendre presque quatre heures, souligne l'enquête. Il est plus difficile de trouver une place pour des personnes âgées que pour des personnes plus jeunes, en particulier les enfants, pointe la Drees.

Vendée: Il est rapatrié d’urgence du Malawi, l’Etat réclame 88.000 euros à sa famille