Vaccination: Les ventes de vaccins DT-Polio en baisse au 1er semestre

SANTE Mais on déplore une pénurie de vaccins…

A.Ch. avec AFP

— 

Illustration d'un vaccin, le 20 octobre 2009.
Illustration d'un vaccin, le 20 octobre 2009. — FRANCOIS GUILLOT

Les ventes de vaccins sont en baisse, mais encore faudrait-il qu’il y en ait en vente. L’Institut de veille sanitaire (InVS) dénombre ce mercredi une baisse de 14,5% des ventes de vaccins de type DT-Polio au premier semestre, par rapport au premier semestre 2014. L’InVS confirme ainsi des données publiées mercredi par Le Canard enchaîné qui relie cette baisse à la «pénurie» d'un de ces vaccins dans les pharmacies et à la défiance grandissante des Français pour la vaccination.

Pourquoi les vaccins pour bébés sont-ils en rupture de stock?

Pour l’InVS, le recul des ventes s'explique sans doute par «plusieurs facteurs» et il faudra attendre une analyse plus complète à la rentrée, explique de son côté la Direction générale de la santé (DGS), qui dépend du ministère de la Santé. Selon elle, il est «trop tôt» pour dire si ce recul est lié à une baisse de la couverture vaccinale.

DTP et hépatite B en baisse également

L'InVS se montre également prudente sur l'interprétation de la baisse des ventes de vaccins anti-diphtérie, tétanos et poliomyélite (DTP) qui, très généralement, couvrent aussi contre la coqueluche, la bactérie Haemophilus (cause de méningite chez l'enfant) et l'hépatite B (vaccins pentavalents ou hexavalents). Pour le médecin épidémiologiste de l'InVS, Daniel Lévy-Bruhl, ce retrait s'explique «probablement» par la superposition de plusieurs phénomènes, en particulier la mise en place en avril 2013 d'un nouveau calendrier vaccinal, avec notamment un abaissement à 11 mois de l'âge du premier rappel.

Roubaix: La pénurie de vaccins contre la tuberculose se fait sentir

Il est possible aussi que le recul des ventes de DTP dénote aussi une «petite diminution de la couverture vaccinale» (à savoir la proportion des personnes vaccinées), admet toutefois le Dr Levy-Bruhl. Mais on ne peut l'affirmer avec certitude et il faudra attendre les données «plus fines» de l'assurance maladie sur les prescriptions de vaccins que l'InVS inclura dans son analyse complète attendue pour septembre, ajoute-t-il.