Accouchement: Les « maisons de naissance » verront bientôt le jour en France

SOCIETE La maison de naissance devra disposer « accès direct » à une maternité...

20 Minutes avec agence

— 

Une sage-femme ausculte une femme enceinte dans une maternité de Caen, en février 2009.
Une sage-femme ausculte une femme enceinte dans une maternité de Caen, en février 2009. — MYCHELE DANIAU / AFP

Accoucher en dehors de l’hôpital, une réalité qui devrait se concrétiser prochainement. Deux ans après le projet de loi autorisant l’expérimentation des maisons de naissance, le gouvernement vient, par un décret paru ce samedi au Journal Officiel, de fixer les règles encadrant la mise en place des structures, qui s'apparentent à des alternatives aux maternités.

Seules les grossesses sans risque pourront intégrer la structure

Dans le détail, le texte précise que les sages-femmes devront gérer les maisons de naissance, et tout particulièrement la prise en charge des accouchements mais également la liaison avec les établissements de santé, nécessaire en cas de complications. En outre, les structures devront être situées à proximité immédiate d’un établissement de santé « autorisé à l’activité de soins de gynécologie-obstétrique » (c’est-à-dire une maternité) indique le décret, qui précise d’ailleurs qu’en plus de signer une convention avec le dit établissement, la maison de naissance devra disposer « accès direct », « sans voie publique à traverser ».

A noter que « les maisons de naissance n’assurent ni l’hébergement des parturientes et de leurs nouveau-nés, ni la prise en charge des urgences obstétricales ». Autrement dit, seules les grossesses sans risque seront concernées par le dispositif.

Une place privilégiée réservée aux sages-femmes

Malgré l’absence de médecin, une place importance devra être accordée aux sages-femmes. Ainsi, au moins une sage-femme devra être présente dans la maison de naissance et ceci chaque jour de l’année. De plus, une deuxième professionnelle devra, lors de chaque accouchement, assurer une permanence en cas d’urgence nécessitant le transfert de la patiente vers l’établissement de santé. A cela s’ajoute une consultation pré-anesthésique qui devra être nécessairement réalisée avant chaque accouchement. Dans le cas contraire, « l’accouchement ne peut avoir lieu au sein de la maison de naissance ». A noter que les structures sont également soumises à l’obligation de réaliser les tests sanguins de dépistage obligatoire (drépanocytose, mucoviscidose, hypothyroïdie…).